AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Mer 17 Déc - 14:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

il arrive un moment où on a besoin de sa famille près de soi. on a besoin de les avoir près de soi même si on n'aime pas particulièrement leur manière de faire. je sais que maman aime tellement papa qu'elle est prête à l'écouter les yeux fermés. elle ne voit pas le mal que peut faire papa avec ses principes, avec sa façon de faire les choses. il a une façon de voir le monde, de voir sa famille, qu'il n'accepte pas qu'on puisse aller dans une autre direction ou bien de lui tenir tête. j'ai besoin de ma mère auprès de moi. j'en ai plus besoin de quiconque. perdre Devon a été difficile et puis, il y a eu l'accident de Phoebus et Gaïa. je suis dans une période de douleur. une période où je dois me battre avec mon côté noir. ce côté qui me pousse à sauter dans le vide ou à laisser l'océan me prendre. mes enfants et les personnes à qui je tiens, sont les seules qui arrivent à me donner envie de vivre, de rester. de voir le monde d'une meilleure façon. de voir le monde pas comme une affreuse douleur qui ne fait que me détruire à petit feu. « j'ai besoin d'aller chercher des livres pour les jumeaux. je leur ai promis qu'ils en auraient des nouveaux aujourd'hui. pas de sucrerie en mon absence et pas de doudou. » dis-je en regardant maman qui avait les jumeaux sur elle. Kaley s'amusait à la coiffer et Eli était en mode chatouille. ça faisait plusieurs jours que les jumeaux n'avaient pas un nouveau livre pour le soir. j'avais promis qu'ils auraient droit à un nouveau. et comme je tiens toujours mes promesses, je ne pouvais pas pas le faire. maman eu un grand sourire sur le visage. je savais que ça lui faisait plaisir que je lui laisse les jumeaux. depuis la mort de Devon, je me suis rapproché d'elle. si je ne suis pas avec elle, je sais que je finirais sur le canapé entouré de mes amies les bouteilles à boire jusqu'à ne plus rien ressentir. je sais qu'elle les laissera faire tout ce qu'ils veulent. seulement quand ils mangent trop de sucres, ils sont incontrôlables et excités. et puis le doudou, je veux uniquement qu'ils le prennent pour dormir. je ne veux pas les voir de partout avec. « je te rappelle que j'ai eu quatre enfants et que j'ai réussi à m'en occuper. ils sont entre de bonnes mains, ne t'inquiète mon ange. » je lui souris et attrape mes affaires. je sors de la maison avec une boule dans le ventre; je ne sais pas si je suis capable d'affronter le monde avec le fait d'être veuve. je ne suis pas vraiment veuve puisque nous n'étions que fiancé et qu'on n'a pas eu le temps de se marier. j'aime pas entendre les gens me demandaient où est Devon, quand il reviendra. je mens tout le temps. je trouve à chaque fois un mensonge. il viendra un jour où je serais obligé de le dire à voix haute. les personnes les plus proches de moi le savent et seulement elles. je n'ai pas encore fait mon deuil. il me faudra encore de longs mois, même de longues années. c'est avec les mains tremblantes que je pars en direction de la ville. je gare la voiture à quelques pas de la librairie. je regarde mon portable. aucun message. aucun appel. je me décide à envoyer un message à Jaiden lui disant simplement que je suis à la librairie. on ne sait pas vu depuis qu'on a couché ensemble. pas un seul mot. pas un seul regard. je dois dire que je l'ai quelque peu éviter. je ne sais pas vraiment comment réagir. je ne sais pas vraiment ce que je dois faire et comment je dois considérer le fait qu'on est couché ensemble. j'étais bourré et triste, il était là. je ne sais pas si je peux dire que c'était une erreur ou bien le reflet de ce que je ressens dans mon coeur. l'amour que j'ai porté à Jaiden a été si intense, si fort, si important. un amour qu'on n'oublie pas d'un mouvement de la main. je ferme ma voiture. je rentre dans la librairie et la petite cloche tintille. le libraire arrive vers moi et je lui dis que je vais aller farfouiller toute seule car je ne sais pas quel livre je veux. ça marchera au coup de cœur. ça marchera au dessin, aux couleurs.... je vais au fond dans le rayon pour enfants. il n'y a personne à part moi. j'aime voir des centaines de livres autours de moi, j'aime sentir cette odeur si particulière que beaucoup de monde déteste. je laisse balader mes mains sur les livres jusqu'à être attirer par un couleur plus vive que les autres. je cale mon dos contre l'étagère et commence à feuilleter le livre. d'un seul coup, je sens un livre me tomber sur la tête. « AIE ! foutu livre. » criais-je en donnant un coup de pieds dans le livre responsable de la douleur que j'ai à la tête. je sens même un liquide dégouliner légèrement de mon front. je pose mes doigts dessus et me rend compte que c'est du sang. c'est une coupure du livre. rien de bien méchant mais ça m'a fait mal sur le coup. je ramasse le livre et le dépose au hasard. c'est étrange comme à cet instant, j'ai envie que Jaiden soit là, qu'il soit en face de moi.  

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Sam 20 Déc - 19:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

Ce matin-là, il s’était réveillé avec un foutu mal de crâne. Encore… Ça lui arrivait beaucoup trop fréquemment ces derniers temps et ça avait le don de l’agacer et de le mettre de mauvaise humeur. En même temps, à quoi fallait-il s’attendre d’autre ? A ce qu’il saute constamment de joie ? Mais merde, il allait mourir après tout, alors à quoi bon ! Lottie, sa meilleure amie, qui avait été la première mise au courant pour sa tumeur – et qui malheureusement, il fallait s’en douter, s’était complètement effondrée en apprenant la nouvelle - lui avait conseillé de profiter au maximum du temps qu’il lui restait. Sortir, s’amuser, faire la fête… Oui bon, là elle avait surtout résumé son quotidien. Il n’avait pas besoin d’être mourant pour profiter de la vie. La seule chose dont il voulait profiter avant de pousser son dernier soupir, c’était elle. Birdie. Chose impossible, il fallait se rendre à l’évidence. Si la jeune femme était aujourd’hui veuve et célibataire, elle était tellement effondrée par la mort de son fiancé qu’elle n’était plus vraiment elle-même. La preuve, elle avait même couché avec lui ! Alors que la Birdie qu’il connaissait ne se serait probablement jamais laisser aller de la sorte. Tout du moins, en étant en couple. Célibataire, c’était une toute autre histoire. Mais voilà, depuis cette fameuse nuit qu’ils avaient passée ensemble, il n’avait plus eu aucune nouvelle d’elle. Bon, il faut dire aussi qu’il n’avait pas non plus cherché à la contacter. Peut-être aurait-il dû ? Elle allait mal, être là pour elle aurait été la moindre des choses. Et puis, soyons honnêtes, il n’aurait pas non plus fait ça de la manière la plus innocente du monde. S’occuper de la jeune femme signifiait surtout pour lui se rapprocher considérablement d’elle. Mais voilà, il n’avait rien fait pour aller vers elle, comme elle n’avait rien fait pour aller vers lui. A croire qu’elle se débrouillait mieux toute seule. Et peut-être était-ce le cas ? De toute façon, qu’aurait-il apporté dans sa vie ? Rien de bon. Sa vie à lui n’était que deal et débauche. Rien d’extraordinaire pour une femme mère de deux enfants. Bref… Ce matin-là donc, il s’était levé avec cette fameuse migraine et l’envie de ne rien faire de sa journée. Peut-être pourrait-il simplement rester chez lui, avec Boo, à lire un livre ? Oui, alors là c’est le moment où vous avez le droit de rire. Jaiden, lire un livre ? Sérieusement ? Ça ne collait tellement pas l’image qu’il donnait, et pourtant. Mais de temps à autre, s’évader et oublier avec un bouquin, ça ne pouvait franchement pas faire de mal. Seulement voilà, après avoir consulté sa bibliothèque, il remarqua qu’il n’avait rien de très intéressant à se mettre sous la dent. Super… Désormais deux choix s’imposaient à lui. Premièrement, s’ennuyer toute la journée. Deuxièmement, prendre son courage à deux mains et aller à la librairie pour acheter quelque chose de potable. Bon… Le choix fut vite fait et il opta pour le second. Il mit une petite demi-heure pour se préparer, puis attrapa ses clés de voiture et quitta son appartement prestement, direction la librairie ! Il ne vivait pas très loin de celle-ci et il ne mit que cinq petites minutes pour s’y rendre. Une fois là-bas, il se gara et descendit du véhicule. Quelques secondes après, il pénétrait dans la librairie. Celle-ci était immense et s’étendait sur plusieurs étages, offrant un très grand choix de livres. Il lut les petites pancartes affichées ici et là qui indiquaient où se trouvait tel ou tel type de bouquins, puis monta directement au premier étage. Il se mit à fureter un peu dans les rayons à la recherche d’un titre qui pourrait accrocher son regard. C’est à ce moment qu’il sentit son portable vibrer dans sa poche. Il le sortit et le déverrouilla. Un nouveau message. Il jeta un œil à l’envoyeur et quelle ne fut pas sa surprise en découvrant que c’était le prénom de Birdie qui était affiché. Apparemment elle était à la librairie. Oh… Il n’avait pas vraiment envie de la voir aujourd’hui. En vérité, il n’avait pas envie de la voir, que ça soit aujourd’hui ou dans une semaine. S’il l’affrontait, il serait obligé de lui dire la vérité et il n’en avait pas l’envie. Peut-être pourrait-il se tenir à l’écart d’elle jusqu’à ce que son heure soit venue ? Hum… Mauvaise idée. Néanmoins, il n’irait pas à sa rencontre aujourd’hui. Il ne répondit donc pas et rangea son téléphone. Il reprit sa lente marche à travers les rayons, jusqu’à trouver quelque chose d’intéressant. S’appuyant à la rambarde qui cerclait tout l’étage, il commença à feuilleter l’ouvrage. C’est alors que le livre lui échappa des mains. Bon, en vérité il le lâcha sans le vouloir. Un autre des effets de sa tumeur, en plus des maux de tête. Merde, et si quelqu’un se trouvait en dessous ? Il se recula prestement et n’osa pas regarder en bas, mais à en juger par le aïe qu’il entendit, quelqu’un venait effectivement de se recevoir le bouquin sur la tête. Ok hum… Mission une : récupérer le livre. Mission deux : s’excuser peut-être ? Il redescendit au rez-de-chaussée et alla à l’endroit où l’ouvrage était tombé. Une jeune femme était assise là, seule. A priori, ça devait être elle qui avait reçu l’objet sur la tête. De loin, il ne la reconnu pas, c’était juste une jeune brunette au visage caché par ses longs cheveux bruns. Il s’approcha et s’arrêta une fois à sa hauteur. Désignant le livre qu’elle avait reposé sur une étagère, il dit : « Je crois que ceci m’appartiens. Désolé, je l’ai accidentellement lâché et… » Il se tut et se figea. La jeune femme venait de relever la tête et le visage qu’il découvrit, il ne le connaissait que trop bien. « Birdie ? »

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Dim 21 Déc - 14:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

la librairie de Sunset à souvent été mon exil, mon petit coin de tranquillité. quand ça n'allait pas, j'allais me cacher tout au fond entre les rayons et je laissais les larmes prendre le dessus. personne ne me cherchait dans un tel lieu parce que tout le monde savait que ce n'était pas mon genre de lire ou d'avoir la tête dans les bouquins. c'est vrai que l'école n'était pas mon truc et j'aimais danser plus que tout. cependant, il arrive des fois où même  avec la danse, je n'arrivais pas à évacuer ma colère, ma détresse ou ma douleur. et puis, je savais qu'on viendrait me chercher dans la salle de danse. en rentrant, je me suis rappelé de tout ça. peut-être que je devrais le faire de nouveau. que je ne devrais pas prendre le chemin d'un bar mais ce chemin-là qui est beaucoup plus raisonnable et adéquate pour une fille qui a deux enfants. c'était le rituel de Devon d'aller chercher les livres pour les enfants. tous les samedi matin, il partait en ville et il revenait avec son sac. je voyais les étincelles dans les prunelles des enfants. je voyais le bonheur face aux livres qui correspondaient à leurs goûts. j'ai beau avoir le choix, avoir des centaines de livres devant les yeux, je ne suis pas sûre que ceux que je choisirais, seront ce qu'ils aiment. je ne crois même pas que je verrais une étincelle dans leurs yeux. ce sont peut-être des enfants seulement je sais qu'ils se rendent compte. qu'ils savent que leur père ne reviendra pas. que ça ne sera jamais comme avant, que je ne suis pas aussi souriante, aussi joyeuse. j'ai perdu un peu de moi. j'ai perdu ma croyance au bonheur, j'ai perdu le doux rêve qu'un jour je serais enfin heureuse, que les drames disparaitraient de ma vie. notre vie est faite de drames, de douleur, de faiblesses et de difficulté.  on remonte la pente puis on retombe.  un cercle vicieux qui continue encore et encore. on a beau croire au bonheur, on ne l'atteindra jamais. c'est un but perdu d'avance. j'essuie du revers de ma main avant d'en mettre de partout. j'aurais un joli bleu demain. ça va être super en plein milieu du front.   « je crois que ceci m'appartiens. désolé, je l'ai accidentellement lâché et .... » je venais juste de reposer le livre quand j'entendis cette voix. une voix si particulière avec ce timbre reconnaissable entre mille.  ce livre était peut-être un signe du destin après tout. Jaiden était aussi à la librairie. je lui avais envoyé un message sans recevoir une seule réponse de sa part. il ne voulait pas me voir. et bien, on dirait que maintenant, il allait devoir me parler puisque je suis en face de lui. un sourire se dessine sur mon visage. je ne me rends même pas compte que c'est le cas. il débarque à l'improviste sur mon visage.  comme quoi je suis contente de le voir. je sais bien que j'ai fait en sorte de ne pas croiser son chemin ces derniers jours. de ne pas tomber nez à nez avec lui afin de ne pas reparler de la nuit ensemble. en plus, j'étais partit comme une voleuse. j'étais partie avant qu'il ne se réveille. c'était sur la pointe des pieds avec un énorme mal de crâne que j'avais quitté l'appartement pour ne pas avoir à affronter une discussion. c'était nulle et puérile puisque je n'avais rien fait de mal. je n'avais pas commis l'irréparable, je n'avais trompé personne. j'avais juste mit un sacré bordel dans ma tête et dans mon cœur.   « Birdie ?» il venait de me reconnaitre. peut-être que s'il avait sû que c'était moi, il n'aurait pas fait en sorte de récupérer son livre. « Jaiden ! » je levais la tête afin d'essayer de comprendre comment le livre avait pû tomber. il devait se tenir au-dessus de moi, au premier étage près de la rambarde. étrange qu'un livre lui échappe des mains, il était si douée avec celle-ci. rien que de penser à ça, je revois encore la nit qu'on a passé et je sens encore ses mains sur moi. je secoue la tête ne voulant pas penser à ça. en même temps, il a toujours été douée dans ce domaine. je ne peux pas lui reprocher ça. il a toujours sû naitre l'envie et le désir. il a toujours sû me donner envie de lui même les fois où je rentrais fatiguée à cause des huit heures de danse. je reprends le livre que je viens de reposer et je lui tends. Jaiden avec un livre, c'est une toute nouvelle image. comme quoi, il ne faut jamais se dire que certaines choses n'arrivent pas. la preuve, il est dans une librairie avec un livre entre les mains. « ça fait bizarre de te voir ici. si on m'avait dit qu'un jour, je te verrais avec un livre entre les mains, j'aurais rigolé. je t'ai envoyé un message tout à l'heure.... je... j'ai pas eu de réponse. » dis-je en faisant tourner un livre entre les mains. « j'avais envie de te voir. .»  

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Mar 23 Déc - 16:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

Si ce matin, lorsqu’il s’était levé, on lui avait annoncé qu’il tomberait sur Birdie en allant à la libraire, il n’y serait probablement pas allé. En effet, il n’avait nulle envie de la voir. Il ne voulait voir personne en vérité. Depuis quelques jours il sortait peu de chez lui, restait enfermé avec Boo et ça lui convenait très bien. En ne sortant pas, il ne croisait personne et ne s’exposait pas aux questions auxquelles, il était certain, il aurait droit. D’ailleurs, il savait qu’il n’échapperait pas à la règle avec Birdie. La jeune femme, si elle sentait que quelque chose n’allait pas, ferait tout pour savoir quoi, quitte à le harceler pendant des jours. Elle poserait une tonne de questions, ferait des déductions et… il n’avait pas envie d’entendre ce qu’elle pourrait penser. Il ne voulait pas voir sa réaction en apprenant ce qui était inévitable, il ne voulait pas voir la pitié qui s’afficherait probablement sur son visage. Enfin, il ne voulait pas la blesser plus qu’elle ne l’était déjà. Malgré ce qu’ils se forçaient à montrer tous les deux, il tenait à elle et il était persuadé que c’était réciproque. Il savait qu’il lui faisait du bien autant moralement que physiquement et leur dernière rencontre en était la preuve. Il avait bien vu à quel point cela la réconfortait de l’avoir lui alors qu’elle allait si mal. Après tout, son fiancé était décédé… Et il savait qu’elle ne supporterait probablement pas une autre perte, même si celle-ci était celle de son ex qui l’avait tant fait souffrir par le passé. Birdie était une jeune femme forte, mais elle ne pouvait pas non plus trop en supporter, elle avait ses limites, comme tout le monde. Et là ses limites étaient atteintes depuis déjà un moment. Alors… Non, il ne pouvait pas lui dire qu’il était malade. Mais désormais c’était trop tard, il était face à elle et il savait que la jeune femme avait un don incroyable pour déceler ce qui n’allait pas. C’est pour cela qu’il fit une drôle de tête en la voyant et qu’il faillit faire demi-tour. Pourquoi avait-il fallu qu’il tombe sur elle ? Il aurait encore préféré tomber sur Joy. Mais non, c’était Birdie ! Super. Il ne soupira pas, ne montra pas à quel point ça l’emmerdait, il se contenta de la fixer, une légère expression de surprise peinte sur le visage. « Jaiden ! » Oui en effet, c’était bel et bien lui. La jeune femme attrapa le livre qui avait échappé des mains du dealer quelques instants auparavant, puis le lui tendit. Il le récupéra et hocha légèrement la tête pour la remercier. Bon, là son image de bad boy en prenait vraiment un coup. Mais après tout, en quoi était-ce mal de lire des livres et de se cultiver un minimum ? Il n’y avait pas que les intellectuels qui pouvaient se le permettre. La lecture était un passe-temps ouvert à n’importe qui, aux personnes les plus agréables, les plus gentilles, comme aux personnes les plus horribles et les plus méchantes. Alors pourquoi tant d’étonnement de la part de la jeune femme ? Surtout qu’elle l’avait déjà vu avec un livre entre les mains, ce n’était pas une nouveauté. Il lui arrivait parfois d’ouvrir un bouquin, à l’époque, lorsqu’ils étaient encore ensemble. Mais c’est vrai qu’à cette époque-là c’était tout de même plus rare et elle ne s’en souvenait probablement pas. « Ça fait bizarre de te voir ici. Si on m'avait dit qu'un jour, je te verrais avec un livre entre les mains, j'aurais rigolé. » Il haussa un sourcil tout en continuant de la dévisager. « Et pourquoi ça ? Si on a même plus le droit de lire… Puis que je sache, ce n’est pas moi qui aie le nez plongé dans un livre pour enfants ! » Il ne se montrait pas très agréable, dans le but qu’elle comprenne qu’il ne souhaitait ni la voir, ni s’attarder. Pourtant elle ne semblait pas l’avoir encore remarqué et continua sur sa lancée. « Je t'ai envoyé un message tout à l'heure.... je... j'ai pas eu de réponse. » Normal, il ne s’était pas donné la peine de lui répondre. Sinon il serait venu à sa rencontre de son plein gré, puisque lui-même était à la librairie. Il était donc peut-être temps pour elle de se poser certaines questions. « Je sais, je l’ai reçu. » Voilà, là ça ne pouvait pas être plus clair. Il lui signifiait clairement qu’il l’avait fait exprès et ne cherchait même pas à se justifier avec une excuse bidon du genre « Ah bon ? Pourtant je t’ai répondu, c’est bizarre ! » Non, ce n’était pas son genre, il préférait être franc pour une fois plutôt que de mentir. Ce qui n’était pas dans ses habitudes et ce qui ne manquerait probablement pas de mettre la puce à l’oreille à Birdie. Celle-ci semblait anormalement nerveuse et il n’arrivait pas à comprendre pourquoi. Elle faisait tourner un livre entre ses mains, comme si elle avait quelque chose à dire mais qu’elle n’y parvenait pas. Finalement elle lâcha qu’elle avait envie de le voir, ce qui étonna grandement le jeune homme. Une nouvelle expression de surprise vint se peindre sur son visage et il ouvrit la bouche pour rétorquer, mais rien ne lui vint. C’était tellement… inhabituel. Depuis quand Birdie avait-elle envie de le voir lui ? Habituellement elle le fuyait comme la peste. Étrange, vraiment. « Et bien voilà, tu m’as vu. Allez, salut ! » Et il tourna les talons, son livre sous le bras.

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Jeu 25 Déc - 13:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

« et pourquoi ça ? si on a même plus le droit de lire... puis que je sache, ce n'est pas moi qui aie le nez plongé dans un livre pour enfants !! » il savait que j'avais mes enfants et que c'était pour cette raison que j'avais un livre pour enfant entre les mains. je n'ai même plus envie d'en chercher un. sa réflexion montre à quel point , il n'avait pas envie de me voir et que ce hasard n'est pas le meilleur qu'il soit. « merci d'être si agréable. mais pour toi, je te conseille de ne pas prendre ce livre, ça va te rendre fleur bleue. » je n'aurais jamais dû lui envoyer un message. je n'aurais jamais dû lui dire que j'étais à la librairie et lui montrer qu'il me manquait. un signe de faiblesse que tout le monde me disait de surmonter. les gens m'ont toujours crié que je faisais une erreur. que je prenais le mauvais chemin, que je souffrirais de m'attacher à lui. il est ma souffrance et en même temps l'étincelle qui brule dans mes yeux quand je le vois. l'amour se combine toujours avec la haine. les deux mots sont des opposés mais ils ne vont jamais l'un sans l'autre. « je sais, je l'ai reçu. » j'avais compris que mon message était arrivé dans le vent. qu'on ses croise dans cette librairie était le pur des hasards. il n'était pas ici pour me voir ou suite au message. il ne prenait pas de gants. il ne faisait pas en sorte que je le crois meilleur, que je ne vois un bon côté de lui. il avait toujours eu cette habitude de me mentir pour avoir ce qu'il voulait, trouver une bonne excuse pour que je ne parte pas dans tous les sens. quand on était ensemble, il avait toujours eu une excuse quand il ne venait pas à un rendez-vous ou qu'il ne répondait pas au téléphone. il ne disait pas la vérité. en même temps, s'il m'aurait dit que c'était parce qu'il était avec une autre, il m'aurait perdu. j'aurais préfère qu'il me mente. j'aurais préféré qu'il me trouve une excuse. la vie me fait trop de mal, j'ai parfois envie qu'on fasse en sorte que les choses soient plus faciles. « et bien voilà, tu m'as vu. allez, salut ! » alors c'était ça. je n'étais plus qu'un 'allez, salut'. je n'en reviens pas. je ne reviens pas de l'entendre se comporter de cette façon avec moi. je pensais qu'il avait un minimum de maturité dans sa manière d'être. en fin de compte, c'était toujours le même Jaiden. il m'avait eu avec beauté, il avait réussi à faire en sorte que je succombe. si je voulais, je pouvais en mettre la moitié sur le compte de l'alcool et de la tristesse. seulement, je sais bien que c'est plus profond. que je ressens encore certaines choses pour lui, des choses qui ne sont pas partit et qui refont surface quand je suis en face de lui. je me retiens sinon je serais capable de pleurer tout de suite. je suis faible en ce moment. il suffit d'une toute petite chose pour que je fonde en larmes ou que je m'énerve. je suis à fleur de peau comme on dit. en même temps, beaucoup aurait déjà rendu les larmes. perdre son frère et sa nièce mais aussi son mari dans le même mois, ce n'est pas surmontable. c'est peut-être la meilleure solution. c'est peut-être le meilleur chemin à prendre. il prend sa direction et moi je prends la mienne. de toute façon, c'est toujours le même problème : je souffre. j'attends quelques secondes le regardant me tourner le dos. non, je ne pouvais pas le laisser me faire ça, le laisser me faire ça sans rien dire. ce n'est pas mon genre de rester de marbre et de laisser les choses se passer. « tu es content. tu as eu ce que tu voulais. maintenant, je ne suis qu'un vieux mouchoir. et bien, bravo, tu m'as bien eu. la prochaine fois, je ne serais pas idiote et je me laisserais pas avoir. » j'avais commencé à parler doucement parce que c'est une chose à faire dans une librairie. mais plus je parlais, plus ma voix devenait forte et énervée. le livre que j'avais dans les mains, finit par partir. j'avais fait attention et j'avais fait en sorte que le livre tombe juste derrière lui. vu la distance, j'aurais pû largement l'avoir dans le dos ou dans la tête. j'avance droit vers lui et j'attrape son poignée afin de le faire se tourner vers moi. je ne réfléchis pas et je laisse ma main finir sa course contre sa joue. je n'ai pas envie qu'il me traite comme ça. je ne suis plus celle que j'étais il y a quatre ans. « je t'interdis de partir comme ça. je t'interdis de faire comme si j'étais comme ces trainées que tu aimes tant ramener chez toi. j'arrête de croire que tu as un bon côté et que tu peux être quelqu'un de bien.» il a voulu prendre le chemin de la méchanceté. je peux être méchante aussi. très méchante surtout quand on se joue de moi, surtout quand je suis comme une bombe à retardement. en ce moment, ce n'est pas le moment de me chercher. il faut me prendre avec des pincettes. il faut faire attention à ce qu'on me dit. j'aurais pû canaliser toute ma colère, toute ma tristesse, toute ma douleur. j'aurais pû rester la tête droite et prendre en pleine face, sa phrase sans broncher. « et la prochaine fois, si tu veux m'éviter, je te conseille de tenir correctement ton livre. tu as l'habitude d'être doué de tes mains.» je me baissais pour récupérer le livre que j'avais lancé. je le déposais dans le rayon. je n'allais aucunement prendre ce livre. je ne pourrais pas le regarder en ne pensant pas à ce qui s'est passé ici, dans cette librairie.  

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Mer 31 Déc - 16:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

« Merci d'être si agréable. Mais pour toi, je te conseille de ne pas prendre ce livre, ça va te rendre fleur bleue. » Ah ah ah, c’était très drôle ça, vraiment. Il lui jeta un regard sombre, mais ne rétorqua rien pour une fois, ne souhaitant pas entrer dans son jeu. Il voulait juste fuir cet endroit le plus rapidement possible, fuir Birdie, fuir ses reproches… C’est d’ailleurs ce qu’il fit, après un rapide salut, il tourna les talons et commença à partir, son livre sous le bras. Il pensait que la jeune femme le laisserait faire sans broncher, qu’elle ne chercherait pas à le rattraper ou même à l’arrêter. Il pensait qu’après ça, tout serait terminé, qu’il vivrait ses derniers mois tranquillement et qu’il n’entendrait plus jamais parlé de cette femme magnifique qui le rendait dingue. Mais il se trompait, Birdie ne semblait pas décidé à le laisser partir comme ça, elle n’était pas prête à le laisser prendre un chemin différent du sien. Surprenant ? Pas vraiment. Même si parfois elle cachait bien son jeu, il était évident que les sentiments qu’il éprouvait pour elle, n’étaient pas à sens unique et que, malgré tout ce qu’elle pouvait dire, elle n’aurait pas été capable de vivre sans lui, il en était certain. « Tu es content. Tu as eu ce que tu voulais. Maintenant, je ne suis qu'un vieux mouchoir. Eh bien, bravo, tu m'as bien eu. La prochaine fois, je ne serai pas idiote et je ne me laisserai pas avoir. » Hum… Comme si il se réjouissait de la laisser comme ça. Il aurait voulu pouvoir lui dire le fond des choses, seulement il ne pouvait pas. Il garda le silence, secouant légèrement la tête. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’il n’y aurait pas de prochaine fois. Il n’y aurait plus jamais de prochaine fois, tout simplement parce que dans quelques mois il ne ferait plus parti de ce monde. Mais ça, elle n’avait pas besoin de le savoir, ça n’aurait été que de la souffrance en plus pour elle. Face à ses propos, il ne se retourna pas, il continua sa route, jusqu’à ce qu’un livre vole près de lui, le manque de peu et vienne s’écraser à quelques centimètres de lui. Là, il fit volte-face et la fusilla du regard. « Mais t’es malade ou quoi ?! » Il avait parlé le plus doucement possible, afin de ne pas attirer l’attention sur eux, néanmoins quelques regards se braquèrent dans leur direction et il garda le silence un moment, jusqu’à ce que les quelques curieux retournent à leurs livres. Mais le silence fut de courte durée, car quelques secondes après, la main de la jeune femme venait s’abattre violemment sur sa joue, ce qui énerva d’autant plus le jeune homme. « Je t'interdis de partir comme ça. Je t'interdis de faire comme si j'étais comme ces traînées que tu aimes tant ramener chez toi. J’arrête de croire que tu as un bon côté et que tu peux être quelqu'un de bien. » Mon dieu, ce qu’elle pouvait être agaçante lorsqu’elle s’y mettait. Alors c’est ce qu’elle pensait réellement ? Elle pensait qu’il la considérait comme une traînée ? Ne se disait-elle pas que, si ça avait été le cas, il n’aurait pas fait autant d’efforts pour elle ? Si elle avait été une traînée il aurait couché une fois avec elle et ça aurait été terminé ! Il n’aurait pas passé quatre ans en sa compagnie – certes, il avait tout de même couché à droite et à gauche durant ce laps de temps, mais bref, passons – et n’aurait pas cherché à la revoir à tout prix. Il n’aurait pas cherché à la remettre dans son lit une nouvelle fois, c’était certain. S’il avait fait tout ça, c’était pour une bonne raison. Néanmoins il ne pouvait se résoudre à le lui dire et préférait encore qu’elle pense que oui, il n’y avait rien de bon en lui et qu’il était juste un pathétique connard. « Ça tombe bien pour toi, je ne suis pas quelqu’un de bien ! Tu veux bien me lâcher et me laisser partir maintenant ? » Pourtant elle semblait ne pas en avoir terminé avec lui. Tel un pitbull ayant attrapé sa proie à la gorge, elle ne semblait pas décidée à le lâcher. Et étrangement il ne chercha pas à se dégager. Il resta face à elle, à la regarder bouillir de colère face à son comportement. « Et la prochaine fois, si tu veux m'éviter, je te conseille de tenir correctement ton livre. Tu as l'habitude d'être doué de tes mains. » Alors là… Elle n’aurait jamais dû dire ça ! Que savait-elle exactement pour oser dire ça ?! Rien du tout. Elle ne savait rien et pourtant elle se permettait de dire une telle chose. Il se dégagea violemment et lui lança un regard brûlant de rage. Cette fois, ce fut lui qui l’attrapa par le poignet et l’attira dans un coin reculé de la librairie, là où il n’y avait personne. Puis il la plaqua contre un mur et s’approcha d’elle vivement. Lorsque que son corps vint frôler le sien et que son visage ne fut plus qu’à quelques centimètres du sien, il s’arrêta et gronda : « Ne me donne pas de conseil et ne parle pas alors que tu ne sais rien, est-ce que c’est clair ?! » Il avait craché ses mots, le plus bas possible, mais de la façon la plus menaçante qui soit. Il la garda prisonnière de son étau encore quelques secondes durant lesquels il lui jeta un regard glacial, puis il la relâcha brutalement et lui tourna une nouvelle fois le dos.

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Ven 2 Jan - 21:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

« mais t'es malade ou quoi ?! » quand on me cherche, on me trouve. j'ai arrête de me montrer trop violente depuis que je suis mère. je pense que les jumeaux ne devraient jamais voir la violence de leurs parents. ils ont besoin d'avoir des personnes stables, capable de ses contrôler et de faire attention. je ne veux pas renvoyer une façon d'être que les jumeaux pourraient prendre. la violence ne résout jamais les problèmes, elle ne fait que envenimer. bon, j'avoue que je ne respecte pas vraiment mon idée. vous voulez que je fasse quoi. à ce moment-là, le seul moyen d'attirer son attention et de lui envoyer ce livre. et ça marchait. « non je vais très bien. c'est juste ce que tu mérites. » non je ne suis pas malade, je savais ce que je faisais. je savais que je n'allais pas l'avoir. je savais que ce livre tomberait au bon endroit. bien sûr que non. je ne suis pas bonne visseuse, j'aurais pû louper et le toucher. il n'a pas besoin de le savoir. « ça tombe bien pour toi, je ne suis pas quelque de bien ! tu veux bien me lâcher et me laisser partir maintenant ? » ça fait bien longtemps que je vois le mauvais côté de Jaiden. que je vois ce côté que tout le monde déteste. ce côté machiavélique qui peut faire craquer mais aussi qu'on déteste tant. seulement, j'ai toujours cru que derrière ce personnage, il y avait le bon Jaiden. celui qu'il voulait pas qu'on voit. celui qu'il avait peur de montrer par crainte qu'on ne lui fasse du mal ou qu'on lui brise le cœur. aucune chance que je brise un coeur. je n'aurais jamais pû briser le sien. je l'aimais tellement. « je ne cherche pas à ce que tu avoues. je ne dois pas être la première à le remarquer. » je lui tenais le poignet. je le tenais doucement. pourtant, ça n'avait pas l'air de lui plaire. il enleva son poignet violement de ma prise avec un regard si féroce. un regard que je n'avais jamais vu chez lui. je n'avais jamais vu cette facette si violente. il m'attrapa pour m'emmener ailleurs. on était désormais au fond de la librairie. loin des regards des autres. à l'abri de ceux qui pourraient nous entendre pour aller lancer des rumeurs. il me plaqua contre le mur. je pensais qu'il allait m'embrasser ou qu'il allait changer. mais non. ce n'était pas de cette manière qu'il faisait pour le faire. je sentais que c'était différent. je sentais que c'était de la colère et pas de l'envie. pourtant, ça me faisait penser à cette fois . cette fois où avait fait l'amour dans un lieu public. ce n'était pas vraiment mon genre à l'époque. aujourd'hui, je ne compte même plus le fois où je l'ai fais. ça donne du piment dans un couple. et ça permet de garder ce petit truc et de ne pas tomber dans une routine trop banale.une routine qui tue un couple. « ne me donnes pas de conseil et ne parle pas alors que tu ne sais rien, est-ce que c'est clair ?! » oh, il voulait me faire peur. il n'avait pas haussé le ton mais il me faisait peur. je n'aimais pas ce genre de menaces. je n'aimais qu'on fasse ça avec moi. bien que ça me foutait la trouille de le voir dans cet état, ce n'est pas pour autant que j'allais m'éloigner. au contraire, en faisant ça, les questions ne cessaient de se multiplier dans ma tête. j'essayais de me sortir de ce piège. j'essayais de bouger mes poignets. il avait trop de force comparer à moi. il me jeta un regard glacial pour me relâcher brutalement. une nouvelle fois, il me tournait le dos. il faut qu'il arrête de jouer à ça. il faut qu'il arrête de croire que je suis incapable de comprendre les choses. je peux comprendre tout et n'importe quoi. quand on a vécu autant de choses que moi, on est prête à entendre d'autres choses. je ne laisse pas sortir du rayon. je me place devant lui croisant mes bras sur la poitrine. « comment veux-tu que je saches quelque chose ? tu ne dis jamais rien. et puis quoi, ce n'est qu'un foutu livre. » après tout, c'était vrai, ce n'était qu'un fichu livre. un fichu livre qui s'échappe des mains. on ne s'énerve pas à cause de ça, on ne s'énerve pas pour si peu. il y a autre chose, autre chose derrière ce livre. je ne sais pas ce que sait. en même temps, Jaiden est comme un rocher. on peut jamais savoir ce qui se passe dans sa tête et encore moins arriver à lire dans ses yeux. il vous renvois ce qu'il veut. il vous renvois l'image qu'il veut que vous ayez. quand on était ensemble, Jaiden ne parlait jamais de son passé et encore moins de ce qui se passait dans sa tête. j'étais la seule qui parlait de son passé et de ses sentiments. lui il était plus doué pour agir. pour moi, ça n'avait guère d'importance car je pensais qu'il tenait à moi, rien qu'à la façon dont il m'embrassait ou qu'il avait envie de moi. des gestes. on dit que les gestes sont plus importants que les mots. je croyais à ce beau proverbe. si je ne savais pas alors je voulais savoir. je voulais connaitre la raison qui le poussait à s'énerver contre moi. je fis un pas pour être plus près de lui. nos corps étaient si près l'un de l'autre que les frissons remontaient dans ma colonne vertébrale. cependant, je ne laissais pas cette envie de prendre le dessus. surtout pas à ce moment-là. « en plus, d'être un salaud, tu aurais besoin de self contrôle. je t'interdis de me toucher à nouveau comme ça. t'es sacrément malade.» c'était sortit tout seul. cependant, c'était surement ce que je pensais. il fallait que je le dise. il fallait que je lui montre que ce n'était pas le genre de gestes que j'appréciais. je voulais voir ce qu'il allait faire en sachant mon corps si près de sien. seulement, je ne pouvais pas. je fis un pas en arrière et cette fois, c'est moi qui lui tournait le dos.   

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Mer 7 Jan - 10:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

« Non je vais très bien. C’est juste ce que tu mérites. » Ce qu’il méritait, vraiment ? C’est tout ce à quoi il avait le droit pour la protéger du lourd secret qu’il portait ? Un livre jeté dans son dos ? Et ben merci, on ne le reprendrait pas de sitôt à vouloir préserver quelqu’un ! Bon, en même temps il faut dire qu’elle n’était justement au courant de rien, elle ne pouvait donc pas savoir pourquoi il agissait de la sorte. Mais tout de même, pas besoin d’être violente. Et après c’était lui la mauvaise personne ? Lui au moins, il ne balançait pas des livres sur les gens, il avait des méthodes beaucoup plus… bref, moins bizarres quoi ! « Je ne cherche pas à ce que tu avoues. Je ne dois pas être la première à le remarquer. » Depuis qu’il connaissait la jeune femme, il y a une chose qui l’avait toujours étonné. Cette capacité qu’elle avait à absolument vouloir voir le bon côté des gens et en particulier le sien. Elle avait toujours cru qu’il pourrait, du jour au lendemain, se transformer en un adorable Bisounours qui serait fou amoureux d’elle et qui resterait éternellement fidèle. Un Bisounours qui l’épouserait et avec qui elle aurait des enfants. Bon d’accord, il grossissait peut-être un peu les choses. Mais dans les grosses lignes ça résumait bien ce que Birdie pensait. Elle était persuadée qu’il n’avait pas qu’un cœur de pierre et qu’il était capable de faire de bonnes choses. Dans un sens elle n’avait pas tout à fait tort, mais seule sa meilleure amie Lottie était en mesure de voir le bien en lui. Et d’ailleurs, il ne se donnait pas la peine de se montrer sous un autre jour à quelqu’un d’autre. A quoi bon de toute façon ? Si c’était pour être traité comme ça, merci mais non merci, autant rester le connard de première qu’il avait toujours été, c’était beaucoup plus simple pour lui. « Oh ça c'est sûr, je pense que toutes les filles qui sont passées dans mon lit avant et après toi ont dû le remarquer également ! » Il lui fit un léger sourire narquois. Si elle voulait emprunter ce terrain-là et jouer à ça, elle n’allait pas être déçue avec lui. Il n’empêche qu’elle avait raison sur ce point-là. Combien de fois les filles avec qui il avait passé la nuit l’avaient traité de connard, d’enfoiré, de cœur de pierre ou de toute autre chose dans ce style-là ? Des centaines et des centaines de fois, tant et si bien qu’il avait arrêté de compter au bout d’un certain temps. Mais il s’en fichait, il était comme ça et il n’avait pas l’intention de changer. De toute façon, à quoi bon changer lorsqu’on est à six mois de son trépas ? Ça n’avait aucun intérêt. « Arrête de t’obstiner à vouloir voir mes bons côtés, tu vas t’abîmer les yeux ! » Nouveau sourire narquois. Elle le tenait toujours par le poignet et, honnêtement, il était loin d’apprécier. Comme il n’appréciait pas ce qu’elle disait. Il se dégagea donc violemment et la tira à l’écart, où il put lui dire ce qu’il pensait sans que personne ne puisse l’entendre. Elle essaya de se dégager mais il avait plus de force qu’elle et il la tenait fermement. Ce n’est qu’au bout de quelques instants qu’il la relâcha, furieux. Il voulait juste partir d’ici, mais elle semblait encore une fois avoir l’intention de le retenir puisqu’elle vint se placer devint lui pour l’empêcher de passer. Oh, il aurait très bien pu l’écarter, ça n’aurait pas été un souci pour lui. Mais il la laissa faire, poussant tout de même un long soupir qui montrait son exaspération. « Comment veux-tu que je saches quelque chose ? Tu ne dis jamais rien. Et puis quoi, ce n'est qu'un foutu livre. » Ça c’est sûr que ce n’était pas à elle qu’il allait se confier, encore moins sur un sujet pareil ! Il n’avait rien à lui dire, elle n’avait pas besoin de savoir, alors merde, qu’ils en finissent une bonne fois pour toute et qu’elle lui foute la paix ! « Que je sache nous ne sommes pas ensemble et nous ne sommes pas amis non plus, alors pourquoi irais-je te dire des choses ? » Sur ce point-là il avait raison. La seule à qui il devait des comptes, c’était Lottie. Car c’était elle qui avait toujours été là pour lui, comme il avait toujours été là pour elle. C’était l’une des rares personnes qui comptait réellement pour lui et il ne pouvait pas ne pas lui avouer sa maladie, c’était une chose impensable. Par contre il pouvait tout à fait le faire avec Birdie et c’était bien ce qu’il avait l’intention de faire. Il s’approcha de lui, son corps frôlant pratiquement le sien. Une lueur farouche luisait dans son regard, néanmoins il savait que si à cet instant il s’était penché sur elle pour l’embrasser, elle n’aurait pas été en mesure de lui résister. « En plus, d'être un salaud, tu aurais besoin de self contrôle. Je t'interdis de me toucher à nouveau comme ça. T’es sacrément malade. » Sacrément malade, ça oui, il l’était, mais pas de la manière dont elle le pensait. D’un côté, c’était mieux si elle le détestait. Au moins elle n’aurait pas de regrets à le voir partir, elle ne serait pas triste. Elle serait juste en colère et emplie de haine. C’était toujours mieux qu’être effondrée par la perte d’un être… cher ? Moui, on ne pouvait pas tout à fait le dire de cette manière, mais en tout cas c’est ce qui s’en rapprochait le plus. « Crois-moi, tu ne m’interdirais rien du tout si je m’étais jeté sur tes lèvres quelques instants auparavant. Mais rassure-toi, ce n’est pas dans mes projets immédiats. » Cette fois-ci, ce fut elle qui lui tourna le dos. L’occasion de fuir sans être remarqué ? Non, parce qu’elle se trouvait pile dans l’axe du seul chemin menant à la sortie. Oh et puis de toute façon, merde, il ne lui devait rien ! Ramassant son livre, il reprit le chemin de la sortie, attendant qu’elle le rattrape une nouvelle fois. Car c’était certain, elle n’en avait pas terminé avec lui.

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Lun 12 Jan - 21:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

 j'avais été impulsive comme d'habitude mais j'avais fait sortit toute la rage que je pouvais garder la plupart du temps. je ne suis pas du genre à être violente. au contraire, j'essaye toujours de trouver une autre solution à tous les problèmes. quand vous avez entre les mains un livre comme seul moyen de montrer votre colère, vous le faite. vous le lancez sans vous souciez que ça peut blesser, que ça peut faire mal. en même temps vu sa carrure même un livre n'aurait fait que ressembler ça à une piqure de moustique. en même temps, je pouvais tellement le détester de se montrer aussi cruel avec moi. j'étais là à vouloir le comprendre, à vouloir lui parler alors qu'il a clairement envie de me fuir. il a clairement envie de me voir en dehors de sa vie. je vois le bien alors que lui se contente de me faire voir toujours le pire. je devrais de croire que toutes les personnes sont capables à un moment de faire des choses biens. il y a toujours un groupe qui est incapable d'avoir un bon côté. certains sont de la vermine toute leur vie et on pourra rien y faire. même en croisant les doigts pendant des jours, des mois. en essayant de parler, de répercuter le bon, de passer au-dessus du mauvais. Jaiden a toujours été cruel avec moi. la preuve encore aujourd'hui. alors qu'on a recouché ensemble, voilà qu'il me voit comme un mouchoir utilisé. j'ai voulu y croire. j'ai voulu dégoter le bon côté, le côté rose du cœur de pierre. « oh ça c'est sûr, je pense que toutes les filles qui sont passées dans mon lit avant et après toi ont dû le remarquer également. » rien que son sourire, j'ai envie de le faire disparaitre de son visage. il essaye vraiment de me mettre hors de moi. il essaye vraiment à ce que je m'énerve vraiment pour ne plus lui parler du tout et faire comme s'il n'avait jamais exister. faire comme si aucun Jaiden n'avait fait partit de ma vie. je peux parfaitement faire comme si j'avais une amnésie sur notre relation. ça ne serait pas la chose la plus facile mais c'est tout à fait possible si j'y crois assez fort, si je ne retiens que le pire et ne pense plus aux bons moments. parce que c'est ça qui m'empêche de le détester plus que tout. c'est ça qui me permet de revenir comme une idiote vers lui. « arrête de t'obstiner à vouloir voir mes bons côtés, tu vas t'abimer les yeux ! » quand je sais que j'ai raison, je continue encore et encore. je ne cesse jamais d'y croire parce que quand on y croit assez ça arrive. j'ai toujours su que je deviendrais danseuse professionnel et je l'ai fait. j'ai réussi en y croyant plus que tout. c'est pareil avec Jaiden bien que c'est une personne. et que ce n'est pas aussi facile. il faut qu'il est l'envie de faire ressortir son bon côté, d'arrêter d'être le puéril manipulateur homme qu'il est. il faut qu'il grandisse un peu et commence à penser comme un adulte. un adulte qui doit penser à un futur. « arrête de faire croire que tu n'as pas de cœur ! ça devient puéril et idiot surtout à ton âge. » il n'aimait sûrement pas la manière dont je le tenais par le poignet puisqu'il se dégagea violement pour m'attirer dans un coin plus reculer où personne ne pouvait nous entendre. du moins nos voix devaient paraitre plus silencieuses. à quoi bon être silencieuse quand la personne en face de vous est aussi têtue qu'un pot de fleur. je l'empêchais de nouveau de partir. je peux être aussi têtue. je peux aussi persévérer jusqu'à réussir. je voulais savoir s'il y avait quelque chose. je voulais qu'il me dise. je me serais sentit moins bête et puis j'aurais pû l'aider. « que je sache nous ne sommes pas ensemble et nous ne sommes pas amis non plus, alors pourquoi irais-je te dire des choses ? » il avait raison. en faites on était quoi des exs. des exs ayant recouchés ensemble voilà tout. pourtant j'aurais pensé qu'il m'aurait vu autrement que ça. qu'il aurait au moins me voir comme quelqu'un. apparemment pour lui, je ne suis rien. je ne suis rien du tout. pourquoi je n'ai pas cette capacité à être aussi cruelle. à être aussi méchante. j'aimerais pouvoir me foutre de tout, pouvoir ne faire attention à rien. je n'aimais pas cette manière qu'il avait de s''approcher de moi. de me coller tellement. aucune chance pour qu'il vienne vers moi pour essayer de m'embrasser ou autre. s'il le fait, il n'aura le droit qu'à une claque ou à gros coup dans le ventre. son petit jeu, ça ne marche pas. ça ne marche plus. « non nous sommes très biens. j'ai très bien compris. en même temps, je ne peux pas passer à côté. tu ne manques pas de me le dire. j'aurais.... je... non en faites laisse tomber. en tout cas, je préfère être une idiote, qu'être comme toi. je te pleins. le jour de ton enterrement, tu n'auras même pas une personne qui te lancera une rose sur ton cercueil. » c'était méchant, même très méchant. même à mon pire ennemi, je n'aurais jamais dit une chose comme ça. je n'en aurais été incapable. je le faisais parce qu'il me mettait à bout. j''en rajoutais en plus. je le traitais de malade. j'allais beaucoup trop loin. trop, trop loin. ça ne pouvait pas être moi qui parlait comme ça. « crois-moi, tu ne m'interdirais rien tout si je m'étais jeté sur tes lèvres quelques instants auparavant. mais rassure-toi, ce n''est pas dans mes projets immédiats. » bien sûr, que je ne l'aurais pas repoussé. cependant, il avait tout fait pour que je le déteste et maintenant je n'avais pas du tout envie de le voir. je le regardais prendre son livre. je n'allais pas lui courir après. ça non. c'était beaucoup trop facile. c'était beaucoup trop simple. pourtant, je ne devais le laisser finir le dialogue si facilement. « ce n'est pas dans les miens non plus. vas-y part. mais je te jures, n'essaye même pas de revenir. parce que c'est toi. c'est toi qui est revenu vers moi. c'est toi qui voulait que je retombe dans tes bras. » criais-je.  

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Dim 18 Jan - 16:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

« Arrête de faire croire que tu n'as pas de cœur ! Ça devient puéril et idiot surtout à ton âge. » Bien sûr que si il avait un cœur, comme toute personne vivant sur cette planète. La seule différence avec la majorité de la population, c’est qu’il ne ressentait rien. Ou alors pratiquement rien. Il ne s’attachait pas aux gens, ne ressentait rien pour eux. Bien entendu, quelques rares personnes étaient parvenues à passer entre ses filets de protection, avaient réussi à briser sa carapace, mais ces personnes-là se comptaient sur le doigt d’une main. Tout d’abord il y avait eu Lottie, celle qui était aujourd’hui sa meilleure amie. Il ne savait pas pourquoi il l’avait aidé au début, peut-être parce qu’elle avait réussi à lui inspirer suffisamment de pitié ? Toujours est-il qu’il avait été assez sympathique pour lui venir en aide et, petit à petit, il s’était pris d’affection pour ce petit bout de femme complètement perdue dans la vie et abandonnée par tous. Ils s’étaient liés d’amitié, jusqu’à ce qu’elle devienne sa meilleure amie, et peut-être même sa seule amie d’ailleurs. Elle était même devenue plus que ça, puisqu’il n’était pas rare qu’ils couchent ensemble. Néanmoins, il ne ressentait pas de l’amour pour elle, juste une profonde amitié. Et sans elle, il serait complètement perdu aujourd’hui. Ils se soutenaient l’un l’autre et ce, depuis maintenant des années. Ensuite, il y avait eu Joy, cette magnifique jeune femme à laquelle il n’avait pas voulu s’attacher. Après tout au début, ils n’étaient rien l’un pour l’autre, juste un plan cul régulier. Puis au fil du temps, des sentiments s’étaient installés entre eux, sans qu’ils ne veuillent vraiment se l’avouer. Et lorsque la jeune femme avait disparu du jour au lendemain, prétextant qu’elle avait trouvé quelqu’un de mieux que lui, il n’avait pas cherché à la retenir, cela aurait été la preuve qu’il s’était attaché à elle, chose qu’il ne voulait pas montrer. Néanmoins il avait souffert de sa disparition. Mais il avait appris à l’oublier, petit à petit, jusqu’au jour où il avait rencontré la dernière personne à laquelle il s’était réellement attaché : Birdie. Cette magnifique jeune femme qui se trouvait en face de lui en ce moment même. Comment lui avouer qu’en effet, il avait un cœur et que, contre toute attente, il l’aimait ? C’était impossible pour lui de lui dire une telle chose. Il n’était pas comme ça. Il préférait se cacher derrière sa carapace et laisser les autres croire qu’il n’était qu’un être froid et sans cœur, c’était beaucoup plus simple pour lui. De toute façon, il n’était pas doué pour exprimer son affection, alors… « Arrête de croire que tu peux me changer. Je suis tel que je suis, point barre. » Après être passés dans un coin à l’écart et lui avoir dit le fond de sa pensée, il tenta de fuir, mais bien entendu la jeune femme décida de lui barrer le passage. Il poussa un profond soupire, levant les yeux au ciel. Il pouvait être patient, mais sa patience avait tout de même des limites et Birdie était en train de les dépasser sans même s’en rendre compte. « Non nous ne sommes rien. J’ai très bien compris. En même temps, je ne peux pas passer à côté. Tu ne manques pas de me le dire. J’aurais.... je... non en faites laisse tomber. En tout cas, je préfère être une idiote, qu'être comme toi. Je te plains. Le jour de ton enterrement, tu n'auras même pas une personne qui te lancera une rose sur ton cercueil. » Vlan, prends toi ça en pleine face. Cette violente réplique lui fit l’effet d’une gifle et il se figea. Et tandis qu’il restait bloqué, incapable de dire quoi que ce soit, la gorge nouée, elle continuait de parler. « Ce n'est pas dans les miens non plus. Vas-y part. Mais je te jure, n'essaye même pas de revenir. Parce que c'est toi. C’est toi qui es revenu vers moi. C’est toi qui voulais que je retombe dans tes bras. » Mais il ne l’écoutait plus vraiment, ses paroles lui ayant rappelé de plein fouet qu’il n’avait plus que quelques mois et qu’ensuite ça serait terminé pour lui. Et cette idée le rendait malade, l’étouffait complètement. Cette idée lui donnait mal au crâne tellement elle lui vrillait l’esprit. Il allait mourir. Dans quelques mois. Il allait mourir et il ne reverrait plus jamais Lottie, il ne reverrait plus jamais Birdie… De telles pensées lui donnaient le tournis et il dû s’appuyer contre l’une des étagères pour ne pas tomber. La tête basse, le souffle court, il tentait de rassembler ses esprits et de reprendre contenance avant qu’elle ne se mette à poser trop de questions. Mais il n’y parvenait pas, c’était au-dessus de ses forces. Et il lui semblait que ses yeux s’humidifiaient au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient, le laissant vulnérable face à la jeune femme. Lorsqu’il releva la tête, il la fixa longuement durant plusieurs secondes, comme pour s’imprégner une dernière fois des traits de son visage si parfait. « Non, je ne reviendrais pas, je te le promets. Je n’en aurais pas l’occasion. Et réjouis-toi Birdie, tu vas pouvoir me plaindre beaucoup plus tôt que prévu. » Voilà, c’était dit. Au diable sa promesse de ne pas lui révéler sa maladie et sa mort prochaine, c’était elle qui avait insisté pour savoir ce qu’il cachait. Elle voulait savoir ? Il ne dirait rien de plus, mais au moins maintenant elle pouvait se faire une idée de ce qu’il tentait de taire depuis qu’ils s’étaient croisés une bonne heure auparavant. Il était condamné. A cette pensée, une larme silence et solitaire roula sur sa joue et il fit volte-face pour ne pas montrer sa faible à la jeune femme.

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Jeu 22 Jan - 17:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

 j'en ai marre de croire que ma vie finira correctement. que ma vie ne sera pas un tissus de choses horribles qui forment un immense tas. pour l'instant, j'ai l'impression que je n'ai le droit qu'au pire. pourquoi je ne peux pas avoir une vie de rêve. avoir une vie de mère, de femme épanouie,. j'ai l'impression que je dois sans cesser trouver une force pour me relever, trouver un élément pour me dire qu'il faut que réussisse à surmonter le fossé parce que ce n'est qu'une chose pour me trouver que la vie n'est pas parfaite et que le combat ne cesse jamais. la vie est compliquée et on s'en rend compte à chaque pas qu'on fait de plus. j'ai cru qu'avec l'exemple de mes parents, j'aurais de bonnes bases. parce que leur amour est toujours là, que même si mon père n'est pas le meilleur, il aime toujours ma mère. maintenant, j'ai cette peur constante que tout s'écroulera à un moment donné. j'ai même pas envie de penser à un futur. j'ai même pas envie de me dire que c'est possible, que je suis jeune, que j'ai encore du temps devant. je ne préfère pas y penser. je préfère me concentrer sur mes enfants et leurs avenirs à eux. désormais je ne vais vivre que pour eux et leur bonheur. « arrête de croire que tu peux me changer. je suis tel que je suis, point barre. » bien sûr que je vais arrêter. parce que je n'arrive pas à voir ce que ça peut m'apporter. au contraire, j'ai l'impression que ça me rajoute des soucis en plus. si je ne voyais pas le bon côté chez Jaiden, je n'aurais jamais recouché avec lui. je ne l'aurais vu que comme un être affreux que je ne voudrais pas revoir dans ma vie. je ne faisais que regarder Jaiden. il s'appuyait contre l'une des étagères. il était bizarre. il n'était pas comme d'habitude. plus les minutes passées, plus j'avais l'impression que quelque chose clochait. Jaiden n'a pas l'habitude d'être fébrile, d'être faible. c'était moi où ses yeux se remplissaient d'eau. Jaiden au bord des larmes. non c'était pas possible. Jaiden ne pleure pas, Jaiden ne le montre pas. voilà maintenant je me sentais honteuse d'avoir dit des choses horribles. j'étais peut-être allé trop loin, beaucoup trop loin avec mon coup de l'enterrement. personne ne mérite d'entendre une telle chose. c'est cruelle et impoli. la vulnérabilité chez un homme est tout ce qui a de plus touchant. ils croient que c'est une marque de non virilité. au contraire, un homme qui ose montrer qu'il a un cœur et des faiblesses, c'est attendrissant. j'aime ça. oui je sais, j'ai toujours craqué pour les badboys. mais au fond, j'aime les deux côtés d'une pièce. Jaiden n'a jamais osé montrer cette faiblesse et pourtant j'ai toujours essayé de la voir, de la déceler au milieu de lui. « non, je ne reviendrais pas, je te le promets. je n'en aurais pas l'occasion. et réjouis-toi Birdie, tu vas pouvoir me plaindre beaucoup plus tôt que prévu.» je ne voulais plus le voir, je l'avais très bien dit. j'étais trop en colère pour le contraire. il m'avait mise hors de moi en jouant à l'homme qui fait comme si rien ne s'était passé. comme si on n'avait pas couché ensemble. je pensais que ça aurait été différent, qu'il aurait eu envie qu'on parle, qu'on en parle. j'étais peut-être bourrée mais ce n'est pas pour autant que je me rappelle pas de ce qui s'est passé. je me rappelle de chaque chose que j'ai faite, que j'ai dit. « attends. » je pose ma main sur son épaule afin de le faire tourner. pleins de choses se passait dans ma tête. des questions. des scénarios. je pensais au pire. Jaiden avait quelque chose, une maladie ou une connerie dans le genre qui allait lui prendre la vie. puis je pensais qu'il allait peut-être partir, qu'il allait changer de continent et partir très loin. il l'avait bien fait après notre séparation. il avait disparu d'un seul coup alors que je lui disais que c'était fini entre nous. j'aime connaitre les choses en détail, j'aime connaitre les choses. j'aime pas être dans le flou, j'aime pas me poser des questions. j'en ai marre que les gens essayent de me protéger de tout et de rien. je ne suis pas une enfant. je suis capable d'affronter les choses. de tout façon, j'ai déjà vécu tellement de choses que pire, ça ne peut pas arriver. « tu veux bien répéter ce que tu viens de dire. » j'aurais préfère entendre clairement ce qu'il voulait dire, qu'il mettre les bons mots sur ce qui se passait. pour une fois, il ne peut pas affronter les choses. il ne peut pas le dire vraiment et ne pas se retourner après avouer quelque chose. car au final, je ne comprends pas où il veut vraiment en venir. il faut avoir les cou***les de dire. il ne faut pas avoir peur des conséquences. je ne suis pas une princesse. je ne suis pas faite en sucre. « c'est pas vrai. tu vas très bien. à part si tu dis, que tu vas partir à l'autre bout de la planète. je trouve pas ça drôle. tu veux bien me dire les choses normalement sans faire des allusions. » je fis descendre ma main sur son bras et je le serais de plus en plus fort. je rapprochais mon visage du sien jusqu'à que mes lèvres ne soient qu'à quelques millimètres des siennes. je n'allais pas l'embrasser, je n'allais pas me jeter sur lui. je voulais jusqu'il ne s'enfuit pas. je voulais tout savoir.  

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Sam 7 Fév - 13:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

A quand remontait la dernière fois où il avait pleuré, où il s’était montré aussi faible ? Il ne s’en souvenait pas et, pour cause, il n’avait pas pleuré depuis des années. Peut-être était-ce lorsqu’il était encore un gamin, petit et innocent. Ou peut-être que c’était plus récent que ça, lorsqu’il avait dix-sept et qu’il s’était fait tirer dessus. Oui, peut-être que la douleur vive et intense qui lui déchirait le dos à cette époque était parvenue à lui arracher quelques larmes. Peut-être… Tout était flou dans son esprit. Il ne se souvenait pas et, pour tout dire, il ne voulait pas se souvenir. Il était dans l’instant présent, cet instant où il devait faire face à la réalité, affronter ce qui l’attendait. Et cette réalité était parvenue à le rendre faible. Il était au bord des larmes face à la jeune femme, comment avait-il pu laisser une chose pareille se produire ? Il n’était pas le genre d’homme à montrer ses émotions. Non, il renfermait tout, gardait tout pour lui, ne disait jamais rien. Jaiden était une carapace vivante, rien ne pouvait la transpercer. Pourtant aujourd’hui c’était chose faite, il avait été atteint par la dure réalité des choses et par les propos de Birdie. Et ça faisait mal, on ne pouvait pas le nier. « Attends. » Sa main se pose sur son épaule et il se crispe légèrement. Il ne veut pas qu’elle le touche, il ne veut pas de sa pitié, il ne veut rien venant d’elle. Mais ça elle ne semble pas le remarquer, elle garde sa main sur son épaule et fait en sorte qu’il se retourne. Désormais il lui fait face, la tête levée vers le ciel pour ne pas que des larmes coulent sur ses joues. Il déteste ça, il déteste cette situation. Où est passé l’homme fort et insensible ? Disparu, envolé en l’espace de quelques secondes. La carapace avait cédé, néanmoins il ne tarderait pas à la rebâtir, encore plus insurmontable qu’auparavant. D’un geste rageur de la main, il essuie ses yeux puis baisse le regard, prenant néanmoins soin d’éviter celui de la jeune femme. Maintenant qu’elle se doute de quelque chose, pas besoin de l’alarmer encore plus. Il hésite. Le lui dire, ou garder ça pour lui ? Elle, elle veut des réponses, c’est certains. « Tu veux bien répéter ce que tu viens de dire ? » Oui, il peut lui répéter mot pour mot la phrase qui vient de franchir ses lèvres. Il peut faire comme si il n’avait pas compris sa question, jouer au con encore une fois avec elle. Mais il sait ce qu’elle veut réellement. Ce qu’elle veut, c’est la vérité, c’est une formulation différente qui lui confirmera ce qu’elle redoute probablement. Mais elle a déjà tellement souffert par sa faute. « C’est pas vrai. Tu vas très bien. À part si tu dis que tu vas partir à l'autre bout de la planète. Je ne trouve pas ça drôle. Tu veux bien me dire les choses normalement sans faire des allusions ? » A-t-il vraiment l’air d’aller bien à cet instant ? Le simple fait de le voir aussi fragile et au bord des larmes devrait lui suffire à se dire que non, il est loin d’aller bien et que c’est même plus grave. Mais c’est une réaction typique. Se dire que tout va bien, que ce n’est probablement rien. Il ne lui a même pas encore avoué sa maladie qu’elle commence déjà à faire l’autruche. Elle demande à ce qu’il la mette face à la réalité sans toutefois en avoir réellement envie. Elle ne veut pas entendre ça, elle ne peut pas, elle n’est pas assez forte, pas assez solide. Elle va s’effondrer, c’est certain. Mais c’est sa volonté, peut-il lutter contre ça ? Il sait que lorsqu’elle veut quelque chose elle ne lâche jamais l’affaire, il sait que ça sera pareil pour cette fois-ci. Elle ne lâchera rien tant qu’elle n’aura pas eu les réponses à ses questions. Elle resserre sa prise autour de son bras et approche son visage du sien, jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’à quelques millimètres du sien. Un léger frisson lui parcourt l’échine, il veut reculer mais il n’y parvient pas, il reste figé, à simplement la regarder. « Birdie, je… » Il ne sait pas quoi dire, pas quoi faire. Il secoue lentement la tête. Si elle veut vraiment l’entendre, peut-être serait-il préférable qu’ils soient dans un endroit plus calme, un endroit un peu plus à l’abri des regards et des oreilles indiscrètes. Il n’a pas envie que des inconnus surprennent la conversation qu’il s’apprête à avoir avec elle, il ne veut pas lire la pitié qui s’affichera dans leurs yeux s’ils venaient à entendre ça. Celle de Birdie sera déjà largement suffisante à encaisser. « Je pense qu’il serait préférable de quitter cet endroit. » Il se dégage de sa main qui serre toujours fort son bras, puis, pour ne pas se montrer aussi brutal que toute à l’heure, il attrape sa main et non son bras, pour la tirer dans son sillage. « Viens avec moi. » Il la tire hors de la librairie et l’emmène jusque sa voiture. Là, il la relâche. « Grimpe. » Son ton s’est légèrement endurci, signe qu’il commence à reprendre contenance et qu’il ne la laissera pas faire autre chose que monter dans cette voiture. Puis il s’installe dans le véhicule, attend qu’elle fasse de même et démarre en trombe, direction : chez lui.

© Belzébuth


Spoiler:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Mer 11 Fév - 22:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

 une chose que je n'aurais jamais pensé voir un jour de mes propres yeux : les larmes de Jaiden. j'en aurais rigolé si on m'avait dit qu'il était capable de pleurer et encore moins devant moi. un homme qui pleure, c'est déjà rare mais quand il s'agit de Jaiden, c'est rarissime. mais en même temps, voir ses larmes, rend les choses plus douloureuses. intenses. si ce n'était pas important, il serait pas dans cet état. il ne serait pas autant chamboulé. ce n'est pas la première fois qu'on se dispute. loin de là. quand on était ensemble, on se disputait assez souvent. à chaque fois, on trouvait une solution pour résoudre le problème et à tous les coups, c'était le sexe. c'était le remède le plus efficace mais le plus idiot. car au final, ça ne résous rien. ça ne fait que cacher ce qui ne va pas. peut-être que s'il n'y avait pas eu l'infidélité, on aurait fini par se séparer à cause de cette façon qu'il avait d'être souvent distant, de ne pas évoquer ses sentiments ou de ne pas vouloir s'attacher plus avec un avenir comme tout le monde. il essuie ses yeux et je sais qu'il a vraiment pleurer. que ce n'était pas une illusion de mon esprit. il me touche encore plus. je crois comprendre ce qu'il essaye de me dire seulement je n'ai pas envie d'y croire. je n'ai pas envie de voir les choses comme ça. je veux entendre les bons mots sortir de sa bouche s'il a vraiment un problème de santé, s'il est au bord du gouffre. je ne veux pas d'illusions, je ne veux pas de phrases évasives. je veux pour une fois entendre la vérité. il me doit bien ça pour toutes les fois où il m'a souffert. même si j'apprends le pire, je ne vois pas pourquoi ça serait encore pire. j'ai souffert. j'ai toujours souffert avec lui. tout a toujours été en désastre alors pourquoi ça changerait. ma vie est d'autant plus un bordel. alors un peu plus, un peu moins. tout reste l'identique. à force de vivre dans la douleur, je ne vais plus rien ressentir. je serais comme une coquille. il essaye peut-être de me protéger mais ça ne sert à rien. je ne veux plus qu'on me protège. j'en ai marre qu'on me prenne pour la petite Birdie qui a besoin qu'on prenne soin d'elle et qu'on l'éloigne du malheur. « Birdie, je..... » il est déboussolé et je le ressens avec ce qu'il dit. il ne trouve pas ses mots. il ne sait pas ce qu'il veut dire. quand il s'agit de m'attirer dans ses draps, il arrive parfaitement. alors pourquoi il bloque ? pourquoi il ne dit rien. oh mon dieu, enfaite, j'aurais mieux fait de quitter la librairie dès le début. je n'aurais pas eu besoin d'entendre ça ou d'avoir affaire à un Jaiden qui pleure. ça aurait faciliter les choses. seulement, maintenant, c'est trop tard. je veux savoir, j'ai besoin de savoir. je n'aime pas rester dans l'ignorance. à quoi ça sert. ça ne fait que faire souffrir encore plus une personne que mentir et faire semblant. « je pense qu'il serait préférable de quitter cet endroit.» c'est vrai que l'endroit public n'est pas le meilleur endroit pour parler de choses sérieuses. c'est si sérieux que ça qu'il ne veut pas en parler ici. c'est bien ce que je crois. je n'ai pas cesser de lui tenir le bras. un signe pour lui montrer que je n'allais pas abandonner si facilement et que je ferais en sorte de savoir. il fait en sorte que je le tienne plus. il attrape ma main. il n'y a rien de brutal pas comme tout à l'heure quand il s'est montré brutal. « viens avec moi.» on sort de la librairie. je ne fais pas en sorte de le retarder ou de l'arrêter dans sa marche. je le suis en essayant de garder le même rythme que lui. heureusement que j'ai une condition physique car on ne peut pas dire que ces pas sont comme les miens. il est bien plus grand que moi. « grimpe.» il redevient autoritaire. il veut me voir monter dans sa voiture. je ne me vois pas faire le contraire. je sais que si je ne monte pas, je ne serais pas ce que je veux. alors autant monter dans sa voiture. je veux des réponses et c'est le seul moyen de les avoir. je monte, m'installe du côté passager. je connais le chemin qu'il prend. il m'emmène chez lui. bon pas vraiment le bon endroit puisque je garde en mémoire encore le souvenir de la nuit que j'ai passé ici. non, je ne dois pas y penser. j'étais bourrée, triste. il gare la voiture juste en face de son immeuble. je me tourne et le regarde. je rompt ce silence qui a duré tout le temps du trajet. « tu vas encore rester silencieux comme ça pendant combien de temps ? » je n'aime pas le silence. je n'ai jamais aimé le silence quand je suis avec quelqu'un. ça me met mal à l'aise. j'aime pas ça. c'est trop déstabilisant. ça ne devrait pas exister du tout. « parle-moi. dis-moi ce qui se passe. » maintenant qu'on n'est plus dans la librairie, il peut parler. nous sommes dans un voiture, pas un lieu public. et puis s'il me parle ici, je n'aurais pas besoin de monter chez lui. je veux éviter son logement pendant un moment.   

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Sam 14 Fév - 18:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

Comment en était-il arrivé là, à pleurer devant elle ? C’était une première, autant pour lui que pour elle et elle paraissait tout aussi choquée que lui. Néanmoins il reprit rapidement contenance, afin de l’emmener jusqu’à sa voiture. Il ne voulait pas discuter de ça dans un lieu public. Il voulait du calme, du silence, il voulait être sûr que Birdie serait la seule à entendre ce qu’il avait à dire. Et même si cela ne l’enchantait guère, il était désormais obligé de le lui dire. Il ne pouvait plus faire demi-tour maintenant qu’il s’était engagé. Peut-être qu’au lieu de rouler vers chez lui il aurait simplement pu la ramener chez elle et lui dire d’oublier tout ce qu’elle avait entendu jusqu’à présent. Mais tête de mule comme elle était, elle n’aurait à coup sûr rien voulu entendre et aurait insisté jusqu’à ce qu’il cède. Et comme il n’avait ni l’humeur, ni l’envie de se prendre la tête avec elle… Disons qu’il n’opposait pas vraiment de résistance, ça lui aurait filé un mal de crâne assez violent et il préférait éviter ça à tout prix maintenant que sa dernière migraine était à peu près passée. Alors il conduisit jusqu’à son appartement, gardant le silence durant tout le trajet. La jeune femme ne chercha pas à le briser et le respecta jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’il se gare devant l’immeuble. Voilà, maintenant il allait devoir tout lui avouer. Il ne pouvait pas, c’était impossible… Il allait la briser, il ne voulait pas. Il coupa le moteur, mais ne descendit pas du véhicule, il resta là, sans bouger, sans dire un mot. Le silence s’éternisa encore un petit moment jusqu’à ce que Birdie se décide enfin à prendre la parole et à le briser. « Tu vas encore rester silencieux comme ça pendant combien de temps ? » Il haussa les épaules, n’ayant rien à répondre à ça. Il resterait silencieux le temps qu’il faudrait. Le temps qu’il soit prêt à le lui dire. Le silence était pesant et il voyait bien à quel point il gênait Birdie. Il savait d’expérience que la jeune femme n’avait jamais aimé ce genre de silence et que, lorsqu’ils étaient en couple, elle cherchait à les briser par tous les moyens lorsqu’il y en avait. « Parle-moi. Dis-moi ce qui se passe. » Par où commencer ? Il n’en avait aucune idée. Peut-être devrait-il commencer par lui dire que non, il ne la jetait pas comme un vieux mouchoir et que, oui, il avait adoré la nuit qu’il avait passé avec elle. Il avait aimé cette nuit et il l’avait aimé elle, il ne pouvait pas le nier. L’avoir dans ses bras une nouvelle fois… Pendant combien de temps avait-il attendu ce moment ? Toutefois, il savait que ce soir-là elle n’était pas dans son état normal, alors… Cela ne comptait probablement pas. Elle s’était certainement laissé faire dans un moment de faiblesse. Bah, peu importe, il était parvenu à la remettre dans son lit et il avait aimé ça, comme il était persuadé qu’elle avait aimé autant que lui. La preuve, vu la réaction qu’elle avait eu tout à l’heure. « Ne crois pas que j’ai joué avec toi cette nuit-là. Ne crois pas que je n’ai pas aimé, et ne crois pas que si je te repousse, c’est parce que, comme tu dis, tu n’es qu’un vieux mouchoir usagé. Tu es… tellement plus que ça. » Il poussa un léger soupir et marqua une pause. Il ne voudrait pas se montrer trop sympathique non plus, ça n’était pas dans ses habitudes. Mais il ne voulait pas mourir en laissant la jeune femme croire qu’il ne la désirait pas. Néanmoins, il n’avait pas l’intention de lui dire un mot sur le véritable fond de ses sentiments. Lui, amoureux ? Pff, bien sûr que non – menteur - Mais il l’appréciait. Il l’appréciait vraiment. Peut-être qu’il le lui dirait sur son lit de mort. Mais pas maintenant. « Mais ne crois pas que je te jette. Disons que c’est ma façon à moi de te préserver. » Il ne l’avait toujours pas regardé, il fixait un point sur la route. Il hésitait à tourner la tête, à voir son visage. Il ne voulait pas voir sa réaction. Pourtant il se devait de la regarder. Il ne pouvait pas lui balancer ça comme ça. Alors il se tourna vers elle et approcha son visage du sien, jusqu’à ce que ses lèvres ne soient plus qu’à quelques centimètres des siennes. Il avança sa main et du bout des doigts, il vint effleurer sa joue. Il pouvait sentir le souffle chaud de sa respiration sur sa peau. Dans un murmure, il dit : « J’aurais tellement aimé ne pas avoir à te dire ça… » Son regard azur était plongé dans le sien, il ne la quittait pas des yeux. Il n’arrivait pas à prononcer les mots fatidiques, c’était au-dessus de ses forces. Mais elle attendait toujours une réponse, une réponse qui ne venait pas. Sa main était toujours posée sur sa joue, il n’avait pas bougé. Il aurait aimé l’embrasser, poser ses lèvres encore une fois sur les siennes, goûter à leur douceur. Mais le moment aurait été tellement mal choisi et inapproprié. Un instant il détourna le regard, mais rapidement il le reporta sur elle, une détermination nouvelle luisant dans ses yeux. Il était prêt à le lui dire. « Mais… Je ne peux tout simplement pas te cacher une telle chose. Je ne peux pas disparaître du jour au lendemain et te laisser croire que je suis simplement parti. » Encore une fois, il marque une pause, la dernière avant l’annonce finale. « J’ai… j’ai une tumeur Birdie. Au cerveau. Je suis condamné. »

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Jeu 19 Fév - 20:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
« Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête  »

 je peux pas rester dans le silence. je ne peux pas non plus sortir de la voiture pour monter chez lui. je ne peux pas. il pourrait dévier la discussion vers d'autres choses. il pourrait détourner mon attention d'une quelque conque manière. j'ai succombé la dernière fois, je pourrais succomber une autre fois même si je suis en colère lui. je parle en espérant que ça va être lui qui va le faire. je ne veux pas être la seule qui fait la discussion. « ne crois pas que j'ai joué avec toi cette nuit-là. ne crois pas que je n'ai pas aimé, et ne crois pas que si je te repousse, c'est parce que, comme tu dis, tu n'es qu'un vieux mouchoir usagé. tu es .... tellement plus ça. » plus que ça. ça ne dit pas grand chose. dans quel sens, je suis plus que ça. il ne va pas dire plus puisque ce n'est pas son genre. c'est déjà pas mal de l'entendre dire que je suis plus qu'un mouchoir usagé. je peux tout autant être un mouchoir. je me mords la lèvre inférieur. je suis déjà contente que cette nuit n'a pas été un regret pour lui. apparemment, il a aimé. il me repousse pas à cause de cette nuit. un scénario en moins dans ma tête. il en reste encore une centaine. je n'allais pas m'entendre à une déclaration d'amour. Jaiden et les déclarations, ça fait deux. « mais ne crois pas que je te jette. disons que c'est ma façon à moi de te préserver.» bah pourtant c'est ce qu'il essayait de faire. il était froid et n'hésiter pas à être distant. il utilisait des mots blessants, des gestes qui poussent à détester. pour moi, c'était par rapport à notre nuit. déjà que je me sentais mal d'avoir une telle chose après si peu de temps. il veut me préserver. pourquoi tout le monde veut me préserver. pourquoi tout le monde cherche à faire attention pour que je ne souffre pas. j'en ai marre. j'en ai marre parce que j'ai vécu tellement de choses que ça ne sert à rien. je peux supporter tout et n'importe quoi. on ne préserve pas quelqu'un en étant si glacial, si méchant. je pense qu'il aurait pû me dire ça à la librairie. pas besoin de vouloir s'éloigner si c'est pour me dire qu'il veut me préserver. je regard un peu perdu, j'essaye de me dire quelle préservation, il veut faire. « vous en avez pas marre de vouloir me préserver. j'ai pas besoin qu'on prenne des pincettes. » dis-je un peu sèchement. je n'aurais pas dû être aussi sévère. le fait qu'il ne veux pas croiser mon regard, montre qu'il a honte ou bien qu'il a peur de me le dire. il se retourne vers moi. son visage s'approche de moi. il est si prés que je peux sentir la chaleur de son souffle. il ne peut pas me dire qu'il veut me préserver alors qu'il se tient aussi près. c'est totalement paradoxal. sa main s'approche. je ne sais pas ce qu'il va faire. il pose cette main sur ma joue. je sens mon cœur qui commence à battre rapidement. c'est sûrement dû au faite que je ne sais pas sur quel pied danser. je ne sais pas quoi penser. « j'aurais tellement aimé ne pas avoir à te dire ça....» il me regardait droit dans les yeux. il se contentait de me regarder en ne disant rien. sa main est toujours sur ma joue. cette tendresse qui le caractérise si peu. pourtant j'aime quand il est comme ça. j'aime quand il ose cette tendresse. il détourne le regard. j'ai l'impression que ça dure de longues heures. j'ai l'impression qu'il retarde le moment pour me le dire. quand on fait ça, généralement, c'est qu'on veut dire une chose importante. une chose importante qui peut bouleversé, qui peut autant être triste qu'être magnifique. heureusement, je peux de nouveau me perdre dans son regard bleu. « mais... je ne peux tout simplement pas te cacher une telle chose. je ne peux pas disparaitre du jour au lendemain et te laisser croire que je suis simplement parti.» ça n'aurait pas été la première fois qu'il serait partit. il l'avait bien déjà fait alors pourquoi pas une deuxième fois. il ne va donc pas partir. alors c'est autre chose. qu'est-ce que ça peut être ? j'aime pas ce genre de pause. ça rend le moment dramatique. je tapote mes doigts sur ma jambe attendant avec une certaine tension. « j'ai... j'ai une tumeur Birdie. au cerveau. je suis condamné.» et là, c'est le choc. là, j'ai l'impression que je suis direction en Enfer. je ne suis pas passé par le chemin pour faire les choses en douceur. j'attendais qu'il me dise la vérité et voilà que je sais. il vient de m'annoncer qu'il a une tumeur. j'ai le droit de crier après n'importe qui. j'ai le droit de détester la terre entière. j'en peux plus. j'en peux plus d'être face à des catastrophes, face à des drames. en plus, ce sont des drames dont je ne peux pas contrôler. mon frère qui a un accident et qui meurt. mon fiancé qui n'est plus là. et voilà que Jaiden a une tumeur. je sors de la voiture avec une colère incontrôlable. je donne un grand coup de pied dans la roue de sa voiture. un grand coup qui me fait affreusement mal. cependant, la douleur de mon pieds est bien moins importante que l'autre qui me tiraille du fond du corps. c'est la carrosserie qui prend un coup après. heureusement, je ne fais aucune marque. puis je ferme la porte côté passager pour me laisser glisser contre. je ne sais même pas ce que je peux dire. je suis sous le choc. je prends ma tête entre les mains. je ne pleure pas. ce n'est pas dans mes habitudes en ce moment. mais le pire ce n'est pas la tumeur en elle, c'est le mot 'condamné'. ça veut dire que rien ne pourra le soigner. ça veut dire que quelques mois, quelques semaines... il ne sera plus de ce monde. je perdrais une autre personne. « c'est impossible. » murmurais-je plus à moi qu'à lui. je ne sais même pas s'il m'a entendu.  

© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bienvenue à sunset dream
Don’t you ask me if its love my dear, love don’t really mean a thing round here.
"Why ain't you let people see the good in you ?"
"Because when people see good, they expect good, and I don't wanna live up to anyone's expectations."



« couches changées » : 1086
« âge » : 28 ans

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   Mar 24 Fév - 12:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Birdie & Jaiden
Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serai toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serai toujours dans ta tête.

Oui, il voulait la préserver, c’était exactement ce qu’il avait dit et ce qu’il ressentait à cet instant. Il ne voulait pas lui faire de mal, il ne voulait pas l’accabler d’un poids supplémentaire ou encore la faire souffrir, elle souffrait déjà tellement. Elle avait perdu beaucoup en peu de temps et il ne voulait pas être celui qui contribuerait à lui faire subir une nouvelle perte. Pourtant il n’avait pas d’autres options que de lui dire la vérité. Car elle aurait fini par le savoir, d’une manière ou d’une autre, et il préférait que ça soit lui qui le lui dise, plutôt qu’elle l’apprenne de la bouche de quelqu’un d’autre. Il savait que si elle l’avait appris sans que ça soit lui qui le lui annonce, elle l’aurait très mal pris et elle lui en aurait voulu, c’était certain. Et il ne voulait pas que la jeune femme lui en veuille, il ne voulait pas mourir en étant en mauvais termes avec elle. Voilà pourquoi il se devait de lui avouer toute la vérité. « Vous en avez pas marre de vouloir me préserver. J'ai pas besoin qu'on prenne des pincettes. » Elle commençait à s’énerver et c’était compréhensible. Lui-même aurait fini par péter un câble s’il avait été en face d’une personne qui avait une chose à lui dire, mais qui tournait autour du pot depuis déjà un moment. Alors, prenant son courage à deux mains, il finit par lui dire. Il ne cacha rien, pas même le fait qu’il était condamné. Il ne pouvait pas la faire espérer en lui disant qu’il avait une tumeur mais que ce n’était pas grave, qu’il allait être opéré et que tout allait bien se terminer. Car c’était faux. Il avait une tumeur et celle-ci était inopérable – tout du moins selon l’avis de tous les spécialistes qu’il avait consulté jusqu’à présent – Il allait mourir, c’était une évidence. Comme il était évident que la jeune femme l’avait compris. A peine ses mots eurent-ils franchis ses lèvres qu’il eut l’impression que le monde de la brunette s’effondrait une nouvelle fois, comme il s’était effondré plusieurs mois auparavant lorsqu’elle avait appris le décès de son frère et de sa nièce, ou encore celui de son fiancé. En l’espace de quelques secondes elle redevint une petite chose fragile, la jeune femme forte et indépendante ayant cédée sa place. Mais cette façade ne dure que quelques secondes, car brusquement, elle sort de la voiture, son visage reflétant une colère jusqu’ici insoupçonnée. Elle claque violemment la portière et se met à taper dans la roue du véhicule, puis sur le capot. Habituellement il aurait réagi, il serait sorti, l’aurait attrapé et lui aurait dit de se calmer. Mais à cet instant il n’en avait tout simplement ni la force ni le courage. Il se sentait impuissant face à sa douleur. Il ne pouvait rien pour elle, si ce n’est la regarder se faire du mal. Se faire mal pour oublier une toute autre douleur bien plus profonde. Quelques secondes après, elle se fige, avant de se laisser glisser le long de la portière passager. Il ne sait pas quoi faire, il hésite. Doit-il la laisser seule un moment ou bien la rejoindre et tenter d’apaiser sa peine ? Il serait plus apte à appliquer la première solution, Jaiden n’étant clairement pas le genre d’homme à aller apaiser les gens. Pourtant… Il lui devait bien ça après une telle révélation. Alors, poussant un léger soupir, il sortit de la voiture, la contourna et vint s’asseoir près de la jeune femme. Elle était là, recroquevillée sur elle-même, son visage enfouit dans ses mains. Est-ce qu’elle pleurait ? Il n’en avait aucune idée. Toutefois, son corps n’étant pas parcouru des spasmes habituels des crises de larmes, il se doutait que non. « C'est impossible. » Impossible… Lui-même avait prononcé ces mots-là lorsque le verdict était tombé, quelques semaines auparavant. Il n’y avait pas cru, avait redemandé à ce qu’on fasse des tests. Il disait qu’il y avait forcément une erreur quelque part et qu’il ne pouvait pas être atteint d’une tumeur, qu’il ne pouvait pas mourir. Mais les tests suivants s’étaient révélés être tout aussi positifs que les premiers et il avait dû se rendre à l’évidence. Par la suite, on lui avait annoncé que c’était inopérable et toute sa vie s’était effondrée. Et voilà qu’aujourd’hui, c’était celle de Birdie qui s’effondrait. Pourquoi la vie était-elle si cruelle, si injuste ? « Je suis désolé… » Il s’approcha un peu plus d’elle et, passant un bras autour de ses épaules, il la tira vers lui. Il ne savait pas vraiment comment s’y prendre, n’ayant pratiquement jamais réconforté quelqu’un dans sa vie – excepté sa meilleure amie Lottie – et ce type d’attention était assez nouveau pour lui. Jaiden n’était pas un homme tendre, c’était bien connu, la jeune femme le savait bien. Pourtant là il se devait de faire un effort et d’être là pour elle, de faire preuve d’un minimum de tendresse à son égard. Alors il se mit à la bercer doucement, tandis que sa main caressait ses cheveux bruns. Il ne savait pas s’il s’y prenait bien ou pas, si Birdie allait mal le prendre, mais il s’en fichait, il continuait. « Je suis désolé… » Il l’avait déjà dit, pourtant il ressentait le besoin de le répéter. Ce n’était pas vraiment de sa faute, après tout il n’avait pas demandé à avoir une tumeur et à mourir. Mais il se sentait tellement coupable envers elle. « J’aurais aimé que ça ne se passe pas comme ça, j’aurais aimé que tu n’aies pas à l’apprendre et que tu continues à vivre sans le savoir. J’aurais voulu disposer de plus de temps… » Plus de temps pour être avec toi. Voilà ce qu’il aurait voulu dire, néanmoins il s’abstint. L’heure n’était pas à ce genre de choses.

© Belzébuth

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm not in love
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Heart beats fast, colors and promises. I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you, for a thousand years. I’ll love you for a thousand more [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
bienvenue à sunset dream

MessageSujet: Re: (birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »   

Revenir en haut Aller en bas
 

(birdie& jaiden) + « Aime moi ou déteste moi, les deux sont en ma faveur. Si tu m'aimes, je serais toujours dans ton cœur. Si tu me détestes, je serais toujours dans ta tête »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 20h precise comme convenue(aaron)
» Bébé de 6 mois veut toujours être dans les bras
» (birdie&jaiden) + « Cette douleur je ne peux pas t’en parler. J’aime mieux que tu ne saches pas qu’elle existe. »
» Un bb naît avec 4,5g d'alcool dans le sang
» Extension de garantie : dans quel poste comptable ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ BÉBÉ A BORD :: Sunset Dream :: newton avenue :: the open book-