AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Joe&Oli - I'm so afraid without you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mar 30 Déc - 21:45

Ça avait été une dure journée de cours et j'étais heureuse qu'elle touche à sa fin. La prof d'histoire de l'art était d'un ennui sans nom. J'adorai l'art, mais de la à en connaître toute son histoire...moi ce qui m'intéressais c'était de peindre, de dessiner, d'améliorer ma technique encore et encore. Enfin bref, c'était l'heure de quitter les lieux même si la prof nous donna une dissert à faire sur les artistes du 18eme... Je quittai l'enceinte de l'école. Il était seulement 18h30 mais il faisait déjà nuit noir, l'air était glacial. Je marchai d'un pas rapide pour rejoindre ma voiture. Malheureusement j'avais du me garer assez loin de l'école qui était en plein centre ville, et donc difficile stationner à proximité. Je m'engouffrai dans la dernière ruelle quand un individu m'aborda. Il commença à me draguer assez lourdement. Je préférai ne pas y prêter attention mais quand il se mît à m'insulter mon caractère reprit le dessus.

Va te faire foutre connard!

Dis-je sans elle m'arrêtera. Il arriva alors en courant vers moi. Et avant que je n'eus le temps de faire quoi que se soit il m'agrippa le bras. Je plongeai la main dans mon sac pour y sortir mon téléphone par réflexe. Je ne comptais pas appeler la police mais Joe. Mais l'inconnu se saisis de mon téléphone avant que je n'ai le temps de composer le numéro et l'éclata contre le mur. Je tentai de fuir mais il m'agrippait trop fermement. C'est alors qu'il ouvrir les pans de mon manteau en éclatant les boutons. Je me mis à hurler a l'aide en espérant que quelqu'un vienne à mon secours. Mais la rue était isolée et déserte. Il glissa une main sous mon pull tandis que l'autre me maintenait fermement. Je lui donnais un grand coup de genou à l'entrejambe. Il m'attrapa par le col et me jetât violemment contre le mur en brique.

Tu vas te laisser faire sale p*te?

Je hurlai et me débattais comme une folle alors qu'il essayait de poser ses mains sur moi. Il tenta de m'arracher mon pull mais je lui griffai le visage. Quand il tenta de défaire le bouton de mon jean j'enfonçai les pouces dans ses yeux. Il poussa un hurlements de douleur. C'est à ce moment la qu'il me donna un violent coup de poing dans le ventre, ce qui me coupa la respiration. Il me mît ensuite une gifle si forte que je perdit l'équilibre et fut sonnée. Je me roulais en boule, et il se mît à me rouler de coups plus violente les uns que les autres. Je protégeais mon visage et restais dans cette position fœtale. Il allait me tuer, j'étais certaine que j'allais mourir sous ses coups d'un violence extrême. J'entendis alors la voix d'un second inconnu, et mon agresseur prit la fuite. Puis ce fut le trou noir...

Trois heures plus tard...

J'ouvrais difficilement les yeux, j'étais dans une pièce immaculée, inconnue, froide. J'avais peur. Hormis mon visage, chaque parcelle de mon corps me faisais mal, un mal de chien. J'étais engourdie, déboussolée. Je retrouvai un semblant de repère en voyant le visage de Joe. Je fronçais les sourcils sous l'air que son visage affichait. Quelque chose c'était passé, mais quoi? Et ou j'étais d'abord? Je regardai partout autour de moi et je vis que j'étais dans une chambre d'hôpital, sur un lit d'hôpital, que j'avais une perfusion dans le bras et un tuyau dans le nez. Et soudain, tout remonta à la surface. Je regardai Joe et éclatât en sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mar 30 Déc - 22:30


I'm so afraid without you.

Généralement, quand une journée était ennuyeuse, elle l'était vraiment jusqu'au bout. Malheureusement pour moi qui n'aimais vraiment pas tourner en rond. Oh bien sûr j'avais tenté de trouver une activité en extérieur, pour souffler un peu et changer d'air. J'avais, pour cela, encore une fois emmené ma fille. A elle non plus, ça ne pouvait pas lui faire le moindre mal, de sortir prendre l'air et de voir un peu de monde. Mais quand le jour commença à tomber, il me fallut me résoudre à rentrer. Parce qu'avec la nuit, arrivait le froid, inévitablement. Et je préférais éviter à ma fille de tomber malade, si je le pouvais. Un rhume chez un adulte, c'était déjà chiant. Mais pour une gosse aussi petite, c'était bien pire encore. Je préférais donc limiter les risques qu'elle ne tombe malade. D'autant plus que c'était le premier hiver que je passais avec elle et que je ne savais donc pas du tout si elle tombait facilement malade ou non. Une fois rentrés chez nous, je pris le temps de la dévêtir pour qu'elle ne soit pas non plus trop couverte à l'intérieur. Après quoi, je la laissai gambader gaiement dans le salon. Puisque la cuisine était une cuisine ouverte sur la salle principale. Ainsi, je pouvais la surveiller sans aucun mal. Et de toute façon, toute la maison était conçue de sorte à ne pas représenter le moindre danger pour elle, en plus de pouvoir laisser tout l'espace nécessaire au fauteuil de Laurie. Elle ne risquait donc rien !

J'eus le temps de nourrir ma fille et de lui prendre son bain, avant que le téléphone de la maison ne sonne. J'enroulai Jessica dans son drap de bain, pour aller rapidement récupérer le téléphone qui sonnait toujours. Ce n'était pas vraiment une heure normale pour un coup de fil. Donc, autant éviter de le manquer ! Et je fis bien, puisqu'il s'agissait de l'hôpital. Quand ils demandèrent à parler à Laurie, je cru d'abord que c'était pour elle. Mais ils firent rapidement mention d'Olivia. Je leur expliquai donc l'état de Laurie qui dormait pour le moment et était en incapacité de se déplacer, pour qu'ils daignent me dire ce qui était arrivé. Ils ne savaient rien d'autre qu'Olivia avait été rouée de coups et qu'elle était à l'hôpital, mais s'en sortirait sans séquelle. Mon allé pour l'hôpital, fut express. A peine le temps d'habiller ma fille, de la coucher et d'appeler la nourrice pour lui demander de passer la surveiller au moins le temps qu'elle s'endorme, et j'étais déjà dans ma voiture. A l'accueil, je m'impatientai et rouspétai contre l'incompétence des femmes qui travaillaient là. Et enfin, je pu rejoindre la chambre d'Olivia qui était toujours inconsciente quand j'entrai dans la pièce. Je m'approchai finalement du lit et ce fut à ce moment là qu'elle ouvrit les yeux, apparemment perdue. Oh bébé ... Murmurai-je doucement, alors qu'elle fondait en larmes. Je franchis le dernier mètre qui me séparait de son lit, pour venir poser mes mains sur ses joues trempées de larmes et ainsi attirer son attention. Bébé, regarde moi. Tout va bien. Tu vas bien mon ange. Et pourtant, mes mains toujours sur ses joues ,étaient tremblantes. Mélange de peur en apprenant qu'elle était à l'hôpital, et de rage à l'encontre du type qui lui avait fait ça.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mar 30 Déc - 23:56

Ça n'avait pas durer plus de quinze minutes, mais ça m'a paru une éternité. Il ne cessait de me frapper, encore et encore, des coups résonnaient et craquaient contre mon corps dans des bruits sourds et violents. Je ne criai pas, je ne pleurai pas, je ne voulais pas lui faire ce plaisir. J'ai vraiment cru que j'allais mourir, ne jamais revoir Joe. Mais il était la, devant moi, avec des mots rassurant tandis que je ne pouvais pas retenir mes sanglots. J'étais encore un peu déboussolée, et effrayée, et j'avais mal de partout. Je tremblai de tout mon être. Je me souvenais de tout ce qui c'était passé. Joe me tenais le visage, je passai les mains sur moi pour voir si mes jambes et mes bras étaient encore la, ça me fit un mal de chien. Je n'arrivai plus à arrêter de pleurer, je regardais Joe de nouveau.

Il a essayé...il a voulu... Il a déchirer mes vêtements...

Je fus interrompue par des sanglots qui m'étranglais presque.

Il a essayé mais ne l'ai pas laissé faire. Et il s'est mît à me frapper. Il frappait si fort, si fort, il ne voulait plus s'arrêter.

Je pleurai toutes les larmes de mon corps. J'avais peur, il allait venir, il allait me retrouver et me tuer pour de bon. La porte de la chambre s'ouvrit, je sursautai, de poussai un cri de terreur et m'agrippais à Joe. Ce n'était qu'un médecin. Il s'approcha de moi en me souri.

Heureux de vous voir enfin réveillée mademoiselle Nolans. Vous vous souvenez de ce qui c'est passé?

Je hochai brièvement la tête.

Vous avez été victime d'une très violente agression. Un homme à essayé d'abuser de vous, mais vous n'avez pas de séquelle de ce côté la, hormis quelques griffures sur la poitrine. L'individu vous a ensuite sauvagement battu. Vous avez eu le bon réflexe en protégeant votre tête et vous roulant en boule. Sans cela...l'agression aurait pu vous être fatale. L'individu s'est acharné sur vous, vous avez eu beaucoup de chance.

Je hochai de nouveau la tête.

Ou...ou est-il maintenant?

Vous êtes en sécurité mademoiselle. La police est toujours à sa recherche.

Un nouvel éclair de panique traversa mon visage et l'effroi m'envahit.

Vous avez de nombreux hématomes sur tout le corps, ainsi que deux côtés cassées. Votre tympan droit est percé, vous allez devoir subir un opération. Vous avez eu un début de traumatisme crânien car votre tête à été frappée plusieurs fois contre le muret de la ruelle ou ont vous à retrouvez. Malgré cela, le bilan est plutôt bon et il n'y a rien d'alarmant. Cependant nous préférons vous garder en observation quelques jours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 0:26


I'm so afraid without you.

J'étais un peu paumé et pas tout à fait certain de savoir ce que ce type lui avait fait et pourquoi il l'avait fait. je n'avais pas eus droit à plus d'explications que ça. Mais je ne doutais pas que j'en aurais bientôt. Et que je pourrais également obtenir davantage d'informations, par les flics eux mêmes, vu qu'il m'arrivait de travailler à leurs côtés pour les aider dans certaines de leurs enquêtes. Et pour ne pas rester toujours sans rien faire. Bref, pour revenir à Olivia, j'avais une boule au ventre rien que de la voir dans cet état. Et en larmes, par dessus le marché. Elle, toujours si forte et courageuse, venait de subir quelque chose qui risquait de laisser des marques dans son esprit. Mais je n'allais clairement pas la laisser tomber. Tout au contraire, j'allais plutôt l'aider à remonter la pente, aussi difficile que cela puisse être. Je mis un moment avant de comprendre ce qu'elle tentait tant bien que mal de balbutier. Et quand la lumière se fit enfin dans mon esprit, je ne su que lui répondre. Figé, le regard posé sur son visage, j'étais incapable de dire quoi que ce soit. Il avait tenté de la violer. De la violer. De toucher mon ange à moi. J'allais être parfaitement incapable de laisser les flics faire tout le boulot. J'en étais déjà certain. J'allais plutôt retrouver ce type et lui mettre la main dessus, avant eux. Il ne pouvait tout simplement pas en aller autrement ...

Je posai mes fesses sur le bord de son lit, quand un médecin entra dans la pièce pour expliquer tout ce qui était arrivé et lui citer tous les dommages avec lesquels elle s'en sortait. Je demeurais là, à la regarder et à caresser son visage du bout des doigts, pour lui rappeler que j'étais là. Que je veillais sur elle. Le médecin fini par quitter la pièce alors que moi même, je ne bougeais pas. Je tremblais toujours et avais bien du mal à canaliser mes émotions. C'était une rage folle qui dominait, pour sûr. Tu es en sécurité maintenant ... Lui assurai-je avec douceur, sans cesser de laisser courir le bout de mes doigts sur son visage qui n'était pas abîmé. Certainement la seule partie de son corps qui ne l'était pas à vrai dire. Je tâchais donc justement de ne pas la toucher de mon corps, alors que j'étais assis si près d'elle. Oli ... Je retrouverai ce type ok ? Je te promets que je vais m'occuper de ça. Lui promis-je ensuite. Et sur ce point, elle pouvait avoir plus que confiance en moi. J'avais besoin d'évacuer la rage qui grondait en moi. Et tant qu'à faire, il fallait que je le fasse sur ce type. Celui qui s'en était prit à la mauvaise fille. La mienne. Mon Olivia.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 1:49

En sécurité? En sécurité? Que c'était facile de dire ça... Mais non je n'était pas en sécurité! La preuve est que en rentrant tranquillement chez moi après les cours j'ai été agressée sauvagement par un parfait inconnu. Je sais que Joe essayait juste de me consoler et de me rassurer, mais ça ne marchai pas, j'avais trop peur? Et même Joe ne parvenais pas à me rassurer. Et ce que m'annonça le médecin ne me rassura pas plus. Selon lui, mon agression avait donc bien été d'une extrême violence. Il m'annonça les quelques dommages corporels que j'avais. Rien de bien grave en sois, je n'étais pas du genre douillette, mais c'est plus psychologiquement que c'était dur.  Et par dessus le marché, j'allais devoir subir une opération.

Le médecin finit par sortir de la chambre. Joe était la, il était avec moi, il était toujours avec moi, mon amour. Il me caressai le visage et déjà ça m'apaisait un peu. Cependant, les paroles qu'il prononça ensuite eurent le dont de me faire peur de nouveau. Mon ton fut dans un premier temps très dur et autoritaire, ça ressemblait très peu à la façon dont je m'adressait à lui en général.

Non Joe! Je te l'interdit!

Je me radoucie après ça.

Je ne veux pas que tu t'en mêle, c'est à la police de régler ça. Je n'ai pas envie que tu ailles en prison ou pire à cause de moi.

Je commençai à trembler de nouveau. Les sanglots enrouaient ma voix mais je ne pleurai plus.

J'ai tellement peur Joe...restes avec moi s'il le plais. Ne me laisses pas toute seule, j'ai trop peur!

C'est alors que je me mis à regarder partout dans la pièce car un détail de la plus grande importance me frappa. Même dans cette situation, ou j'étais la victime, je ne pouvais m'empêcher de penser aux autres.

Joe ou est Jessica? Tu ne l'a pas laissé seule avec Laurie j'espère?

Après qu'il m'eut rassuré, je remarquai le miroir dans la chambre et je voulais voir quoi je ressemblais. Quand je me levais, aidé par Joe, chaque parcelle de mon corps était douloureuse, je souffrais le martyr. Et je ne pouvais m'empêcher de pousser des cris et gémissements de douleur. J'avançais ensuite difficilement jusqu'au miroir. Je regardai immédiatement mon visage. Heureusement il ne portait pas la moindre marque, bien que l'homme m'est mît une gifle qui m'envoya au sol et me sonna. C'était sûrement ce coup la qui m'avait percé le tympan. Mais quand je baissai les yeux sur mon corps, j'étais mortifiée rien qu'à voir mon coup, mes avants bras et mes tibias. J'en eus des hauts le cœur. J'ouvrais ensuite la blouse d'hôpital que je portais. J'eus un choc, je ne reconnaissais plus mon corps. Il était presque entièrement bleu et violet. Ma peau était déchiquetée en lambeaux. Je refermai immédiatement la blouse en tournant le dos à Joe.

Ne me regarde pas! Je refuse que tu vois cela! Tu ne me verras plus jamais de la même manière après, je vais te dégouté. Je veux que tu garde l'image de la peau douce et parfaite que j'avais jusqu'à ce que ces horreurs disparaissent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 12:06


I'm so afraid without you.

Je me contentai de grincer des dents ,quand Oli m'interdit d'un ton sec et froid, de retrouver ce type et de m'en occuper moi même. De toute façon, je ne lui demandais pas son avis. Je ne demandais l'avis de personne. J'allais m'occuper de lui. Sans doute lui rendre physiquement la monnaie de sa pièce, avant de l'emmener au poste de police pour qu'il se retrouve derrière les barreaux. Vu les liens que j'avais avec les flics, je ne m'en faisais pas trop. Officiellement, j'aurais droit à un rappel à l'ordre. Officieusement, on me remercie d'avoir détruit un peu ce pourri. Quant à ma sécurité, j'étais certain de ne rien risquer. J'étais un homme entraîné. Ce serait donc un homme entraîné, faisant face à un type suffisamment faible pour ne s'en prendre qu'aux femmes. Je ne risquais rien. Oli, fais moi confiance ... Lui demandai-je doucement. Avant qu'elle ne se mette à paniquer à l'idée de demeurer seule. Je ne pars pas voyons. Je suis là. Je ne vais pas te laisser. Lui promis-je aussitôt. Je perdais pieds. J'avais du mal à gérer la rage qui m'animait, en plus de sa peur panique à elle. Je ne voulais pas faire d'erreur. Je ne voulais pas lui faire davantage peur. Elle était déjà dans un bien assez mauvais état comme ça. Que faire ? Ce n'était pas moi qui savais le mieux apaiser l'autre. Mais bel et bien elle qui avait un tel pouvoir sur moi. C'était certain !

La nourrice est à la maison. Lui expliquai-je alors que pour ma part, je m'en faisais beaucoup plus pour elle en cet instant; Et que ça ne risquait pas de changer en un claquement de doigts ! Quand elle émit l'envie de s'approcher du miroir pour regarder l'état de son corps, je l'aidai à s'y rendre, tâchant de ne pas trop la toucher non plus, par peur de lui faire mal. Elle avait déjà bien assez de difficultés à avancer sans geindre de douleur, comme ça. Pas la peine d'en rajouter une couche en posant ma main là où il ne le fallait pas. Et ce fut donc en même temps qu'elle, que je réalisai l'étendue des dégâts. Son corps était recouvert d'hématomes de tailles et couleurs impressionnantes. Et elle était éraflée à certains endroits. Sans doute des parties de son corps qui avaient frotté contre le bitume. Ma rage à l'encontre du fautif, ne fit que grandir plus encore. Mais Oli ne me laissa pas le temps de me laisser aller à ma colère. Elle ferma sa blouse et me tourna le dos, me laissant pantois derrière elle. Finalement, je la contournai pour me retrouver devant elle et posai mes mains sur ses joues intactes pour la forcer à me regarder. Ne fais pas ça Oli. N'essaie pas de me repousser. De m'interdire de te voir. De m'interdire de t'aider. Arrête s'il te plait. C'était presque une supplication alors que j'étais toujours posté devant elle, le regard planté dans le sien. Notre amour est assez fort pour tout surmonter. Et je vais t'aider à surmonter ça. Je serai celui qui passera de la pommade sur tes blessures et qui te massera quand il le faudra. Je vais t'aider. Et tu n'as pas le droit de me l'interdire. Lâchai-je enfin, d'un ton sans réplique avant de me reculer et lui tendre une main pour l'inviter à rejoindre son lit dans lequel je l'aidai à grimper.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 13:03

Lui faire confiance? Évidement que je lui faisait confiance. Mais je savais aussi que Joe était impulsif. Et je savais aussi qu'il était prêt à prendre tout les risque pour me protéger. Mais ça, je ne m'y faisais pas. C'était à moi d'être la pour lui, de l'aider, et pas l'inverse. Si il retrouvait mon agresseur et qu'ils se battaient, à main nues, à coup sur je ne m'en ferais pas pour la sécurité de Joe mais plutôt parce qu'il risquait de tuer l'autre homme et d'aller en prison. En revanche, s'il était armé, et s'il tirait sur Joe, s'il le tuait, jamais je ne m'en remettrai, jamais! Cependant il me promit de ne pas partir et cela eut le dont de m'apaiser un peu. Je fus rassurée aussi quand il m'informa que Jessica était avec la nourrice. Mais la nourrice ne resterait pas toute la nuit, ce qui signifiait que Joe allait devoir rentrer. Une peur panique s'empara de nouveau de moi mais je n'en montrai rien. Je ne voulais pas que Jessica est à en pâtir de ce qui m'étais arrivé. Il fallait qu'il s'occupe d'elle avant de s'occuper de moi, car ce n'était qu'une enfant. Même si j'avais une peur effroyable à l'idée de me retrouver seule dans être pièce inconnue.

Le pire moment, je crois bien que c'est lorsque j'ai enfin pu voir mon corps tuméfié, battu, recouvert d'horreur. Si horrible que je laissais à peine à Joe le temps de regarder. Mais il ne semblait pas de cet avis et m'exposa sa façon de penser. De nouveau, des larmes coulèrent sur mon visage mais plus calmement cette fois, en silence.

Je sais, c'est juste que..,tu en a déjà beaucoup à faire avec toi même et avec Jessica. C'est moi qui suis censée m'occuper de toi et pas l'inverse. Et puis...tu...tu m'as toujours trouvé tellement belle, tu as toujours apprécié la douceur de ma peau, et cette alchimie physique entre nous, cette magie...j'ai peur de perdre tout ça si tu me vois dans cet état. Je suis...affreuse!

Je posai mon front sur son torse et le mouillais rapidement à cause de mes larmes. Je retournai m'allonger sur le lit aidé de Joe, puis je rabattais le drap sur mes jambes pour cacher ces immondes blessures. Mon regard croisa celui de Joe. J'avais envie, de besoin de lui raconter tout ce qui c'était passé, il avait besoin de comprendre et j'avais besoin d'extérioriser tout ça avant que les flics ne viennent m'interroger, je redoutai déjà ce moment.

Je sortais de mon école. Comme elle est en plein centre ville, je n'ai pas pu me garer à proximité... J'ai donc du marcher une bonne quinzaine de minutes. Et c'est la qu'il a commence à me suivre. Il a commencé à me draguer lourdement, et au début de l'ai ignoré, mais il m'a insulté, alors je me suis défendue. C'est la qu'il m'a attrapé. J'ai immédiatement essayé de prendre mon téléphone pour t'appeler, mais il me l'a arraché et l'a exploser contre le mur. Puis il a ouvert mon manteau. Il a glissé ses immondes mains sous mon pull et il a commencé à toucher ma poitrine. Je me débattais mais il était plus fort que moi... Il....il a commencé à déboutonner mon jean.

Ma voix se brisa sur le dernier mot et les larmes coulèrent encore.

C'est la que j'ai réalisé ce qui allait se passer. Je me suis alors débattue plus fort, je l'ai griffée, frapper de toutes mes forces. C'est la qu'il m'a donner une gifle qui m'a sonné et fait tomber au sol. Il a alors commencé à frapper. Je me suis roulé en boule, et j'ai attendu que ça passe. Il m'a roué de coups, il ne s'arrêtait pas de frapper, encore et encore, j'ai cru que j'allais mourir.... Puis je me suis évanouie, je ne me souviens pas du reste, je me suis réveillée ici.

Je dois avouer que ça m'a fait du bien de tout raconter à Joe. Je pris sa main entre les miennes.

Malgré tout ça, je préfère mille fois avoir subi cette violence plutôt qu'un viol. Ça m'aurai brisée, complètement. Mais la, je vais m'en remettre. Je te jure que je vais m'en remettre Joe. Je ne laissai pas ce minable me briser, me gâcher la vie, et me faire peur. Je vais me relever de tout ça, et je vais prouver à cette petite merde qu'il ne m'a pas détruite.

J'avais prononcé ces dernières paroles presque avec rage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 14:01


I'm so afraid without you.

Comment Olivia pouvait-elle penser que je risquais de perdre mon désir pour elle, sous prétexte que son corps était tout abîmé ? Soit, je n'allais pas la toucher tant qu'elle serait dans cet état. Mais ça semblait quand même logique. Je ne voulais pas prendre le moindre risque de lui faire mal. Non Oli, tu te trompes. On doit s'occuper l'un de l'autre. Il n'y a aucune raison pour que la balance penche plus d'un côté que de l'autre ... Lui fis-je doucement remarquer. Soit, j'avais pas mal de problèmes desquels j'avais bien du mal à me dépêtrer. Mais peut-être que si je me penchais un peu sur ceux d'Oli, je penserais un peu moins aux miens. Ce qui, en soit, ne serait pas plus mal ! Oli, tu seras toujours la plus belle des créatures pour moi. Ces marques vont disparaître de toute façon. Ajoutai-je ensuite avec une incroyable douceur qui contrastait pas mal avec les douloureuses et vives émotions qui couraient dans mes veines depuis quelques minutes déjà. Cette rage grandissante à l'encontre du type qui lui avait fait cela. Et qui grandit de plusieurs crans d'un coup, quand Olivia m'expliqua toute l'histoire. Qu'elle détailla la façon dont le mec l'avait abordé puis embarqué dans une ruelle pour tenter de la violer. Ses mains qui avaient osés s'aventurer sur ce corps divin qui n'appartenait qu'à moi. Même s'il m'était difficile d'entendre tout ça, je la laissais parler, m'expliquer, se rappeler. Parce que je savais qu'elle en avait besoin.

De nouveau assis sur le bord du lit près d'elle, j'attendis qu'elle retrouve le silence pour me pencher et venir déposer mon front sur son oreiller, contre sa tête. Je sais que tu vas t'en remettre. Tu es la femme la plus forte que je connaisse. Une véritable battante. Encore une différence par rapport à sa soeur qui, au contraire, était du genre à se laisser un peu trop facilement sombrer. Et qui semblait bien incapable de remonter ensuite la pente. Il suffisait de voir la dépression dans laquelle elle était plongée depuis son accident. Et dans laquelle elle ne faisait que s'enfoncer chaque jour un peu plus. Il faudrait peut-être envisager l'idée d'avoir une bombe lacrymo' sur toi à l'avenir, hein ? Demandai-je ensuite d'une voix qui se voulait amuser, alors que je me redressais quelque peu pour venir loger mon front contre le sien. Je retrouvai le silence durant quelques minutes, laissant simplement mes émotions s'apaiser assez pour que je puisse réfléchir de façon rationnelle. Et peut-être que tu devrais venir à la maison à ta sortie de l'hôpital, le temps de te requinquer vraiment. Je sais que tu tiens à ton indépendance et tout ça ... Mais je ne pense pas bon que tu restes toute seule. Tu seras peut-être plus forte que moi face au traumatisme et ne feras pas de cauchemars en tous genres. Mais physiquement, tu t'en tires moins bien que moi, bébé. Remarquai-je en affichant une petite grimace.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 14:56

S'occuper l'un de l'autre? Je n'avais jamais envisagé notre relation de ce point de vu la. Pour moi, je devais prendre soin de lui, un point c'est tout. En ce qui concernait mes propres problèmes, j'avais toujours eu l'habitude de tout régler moi même, sans l'aide de personne, même pas celle de Joe. Même avant l'accident de Laurie, quand je devais cumuler les boulots pour payer mon appartement et manger, je n'ai jamais demandé le moindre centime à ma sœur, et encore moins à Joe. Personne ne se rendait compte que j'étais vraiment dans une merde financière sans nom, parce que je faisais toujours bonne figure. Heureusement, depuis deux ans, depuis que je suis arrivée deuxième de ma promotion, je perçois une importante bourse d'étude qui me permet de payer mon appartement, mon école, et vivre convenablement. Si je bosse encore à côté de mes études, c'est désormais uniquement pour me faire plaisir et surtout, pour gâter ma petite nièce. J'avais pratiquement un salaire rien que pour des extras car la bourse payait tout le reste. Et ça me permettais de couvrir Jessica de jouets, vêtements, chaussures, sorties en tout genre. Je payais également le loyer de Laurie dont l'indemnité due à son accident ne lui aurait pas permis de vivre convenablement. Et vu que j'avais décidé de payer son loyer, elle s'en servait uniquement pour les courses et les affaires de la petite. Malgré tout je réussissais aussi à faire quelques économies par ci par la, pour le jour ou j'aurai besoin de changer ma voiture, ou quand il faudra payer les études de Jessica, ou si un jour Joe me demande de l'épouser, ça coûte cher un mariage mine de rien. Enfin, même si il n'avait pas l'air d'être du genre à se marier. Enfin bref, tout ça pour dire que je m'en sortais toujours toute seule. Alors entendre que Joe allait s'occuper de moi, ça me faisais bizarre, même si c'était agréable. Je me contentai d'hocher la tête en lui offrant un sourire. Un sourire qui s'agrandit encore quand il affirma qu'il me trouverai toujours belle. Je l'attrapait par le col pour le tirer doucement vers moi et déposer ses lèvres sur les miennes.

Merci d'être là pour moi, ça me fait un bien fou... Ouais, je vais me battre, compte sur moi.

Je ne pus que rire doucement quand il émit l'idée que je devrais toujours avoir une bombe lacrymo sur moi. Ça me faisais du bien de rire un peu.

Ouais ben de toute façon, je ne compte pas ressortir seule de si tôt. Je sais que je vais m'en remettre totalement et retrouver mon courage, mais pour l'instant, j'ai encore peur. D'ailleurs, quand je devrai reprendre les cours, est ce que tu pourras venir me chercher le soir?

Car je n'avais peur de rien quand j'étais avec lui. Joe avait une force incroyable et savait se battre comme personne, il pouvais maîtriser un homme d'une main. Après tout, c'était un militaire. Il me proposa ensuite de m'installer chez eux, chez Laurie et lui en sortant d'ici. Je ne savais pas si c'était une bonne idée ou non, mais je savais que j'avais peur de retourner seule chez moi pour le moment. En plus, dans la chambre de Jessica, j'avais déjà installé un lit normal pour le jour ou elle serait trop grande pour le lit bébé. Je n'aurai qu'à dormir la bas, et peu être rejoindre Joe dans sa chambre quand tout le monde sera endormi.

Oui, c'est ce que je vais faire. Au moins je temps ou serais en arrêt. Merci de prendre soin de moi comme ça.

J'adorai quand il m'appelais mon bébé, c'était juste trop trop mignon. Je l'aimai tellement, tellement, tellement...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 15:23


I'm so afraid without you.

La question ne se posait même pas pour moi. Il était évident que j'allais être là pour elle. Que j'allais veiller sur elle comme je veillais sur ma fille elle même. Il n'y avait aucune raison pour qu'elle soit là pour moi mais pas l'inverse. Ce serait quand même se foutre de la gueule du monde. Nous étions en quelque sorte un couple quand même. Et dans un couple, les deux personnes devaient se soutenir l'une et l'autre. Il n'y avait aucune raison pour que ça aille seulement dans un sens. Je serai toujours là pour toi Oli. Toujours. Lui promis-je avec douceur. Je ricanai doucement quand elle m'attrapa par le col de mon vêtement, pour m'attirer à elle et me voler un baiser. Que je lui rendis avec douceur, sans me faire prier. Je l'aimais. Et l'amour me poussait à faire en sorte d'être là pour elle, toujours. Je risquais d'ailleurs de l'être encore un peu plus à l'avenir. Vu ce qui venait de lui arriver, j'avais du mal à l'imaginer se balader seule dehors. Au moins quand le soleil serait couché. J'allais peut-être même devenir un peu étouffant dans mon genre. A lui demander de ne pas sortir seule quand il ferait trop sombre à mon goût, à lui dire de garder mon numéro de téléphone près à m'appeler. C'était limite si je n'allais pas lui demander de se faire implanter une puce dans le cou ou une connerie du genre, pour que je puisse toujours l'avoir à l'oeil. Bon, ok, j'allais prendre sur moi et ne surtout pas émettre d'aussi folles idées. Il ne fallait quand même pas abuser non plus. Je n'étais pas fou à ce point. Quoi que ...

Bien sûr mon ange. Tout ce que tu veux. Lui assurai-je donc sans aucune hésitation, quand elle me demanda si je pouvais venir la chercher à la sortie des cours, à l'avenir. Enfin pour le moment, il n'était évidemment pas question qu'elle reprenne. Elle avait besoin de repos. Et pas seulement de quelques jours à l'hôpital. Mais elle devait, bien sûr, s'en douter ! Je me contentai d'un léger sourire, quand elle me remercia de prendre soin d'elle. Pour moi, c'était tout à fait normal de le faire. La question ne se posait même pas ! Avec lenteur et le plus de délicatesse possible, je pivotai sur le bord du lit pour finalement m'étendre à son côté, étendu sur le flan. De sorte à ne pas toucher son corps du mien, pour éviter autant que possible, de lui faire mal. Tu ne devrais pas trop me remercier en fait. Je risque d'être un véritable tyran, à surveiller que tu prends bien tes cachets, que tu dormes bien le nombre d'heures qu'il faut, que tu prends de véritables repas pour que tes cachets ne te rendent pas malade .. Lui fis-je quand même remarquer sur un ton taquin. On forme quand même un joli couple de bras cassés ... Ajoutai-je avec amusement.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mer 31 Déc - 18:10

Je commençai à prendre goût à me faire chouchouter par Joe. Sous ses airs de gros dur, c'était un garçon si doux, si attentionné. Il savait quand être brute, quand être doux, c'est comme si il lisait dans mes pensées. Je ne me lasserai jamais de ces baisers, ça me faisais le même effet que le premier, à chaque fois. Je me souviens de ce baiser magique, ou j'ai immédiatement compris qu'il était celui qu'il me fallait et que j'étais celle qui lui fallait. Et il ne cessait de me prouver son amour au quotidien. Et encore maintenant alors qu'il acceptait de venir me récupérer après les cours sans l'ombre d'une hésitation. Je ne pouvais rêver meilleur petit ami. Si seulement le contexte n'était pas celui qu'il est, on aurait pût se fiancer, il serait déjà mon fiancé à l'heure qu'il est, s'il n'était jamais partit, on serait même peu être mariés. Madame Olivia Evermoore. Ça sonnait bien, très bien même!

Je ne pus que rire de nouveau quand il affirma qu'à partir de maintenant il allait être un tyran, toujours sur mon dos pour vérifier que je prenais bien soin de la santé. Franchement, ça ne me dérangeai pas le moins du monde. J'adore tellement être avec lui. Je pourrais passer chaque jour, chaque heure, chaque seconde qu'il me reste à vivre sans jamais me laisser de lui. Un amour aussi puissant pouvait en devenir effrayant, mais entre nous ça n'était pas le cas, car cet amour fou était réciproque.

C'est à cet instant qu'on frappa à la porte. Je haussai un peu la voix pour dire à la personne qui se trouvais derrière la porte d'entrer. Je vis alors entrer trois personnes. Mes camarades de classe. Emrys, Kyle et Sarah. Les trois l'air désolé, avec un petit sourire gêné. Emrys tenait un gigantesque bouquet de fleur dans les mains. Je leur souris à mon tour.

Salut les gars...

Parfois nous avions des travaux de groupe, et Kyle, Emrys, Sarah et moi étions le quatuor infernal. Toujours fourré ensemble. Nous déjeunions ensemble les midis. Je les adorait, ils étaient vraiment tous adorables. Certes, ils étaient parfois un peu gamins à mon goût, mais ils vivaient dans leur âge contrairement à moi. Sarah arriva la première vers moi. Elle entreprit de me serrer dans ses bras mais je l'en dissuada et lui expliquait que j'avais trop mal. Elle salua Joe d'un petit signe de la main comme elle en avait l'habitude. Emrys arriva derrière Sarah et Kyle contourna le lit. Chacun attrapa ma main qui était de son côté et ils me l'embrassèrent en même temps. Puis les deux garçons serrèrent la main de Joe. Sarah prit la parole la première.

Alors ma puce, qu'est ce qui c'est passé?

J'ai été agressé par un mec, je ne me souviens pas bien de ce qui s'est passé. Mais ne vous inquiétez pas, ça va, je vous assure.

Je t'avais dit qu'il fallait que je te raccompagne jusqu'à ta voiture. Mais tu ne m'écoute jamais! Je m'en veux tellement.

Du calme Emrys, c'est pas ta faute, ce n'est la faute de personne...

Kyle me regardait en souriant sans rien dire comme il en avait si souvent l'habitude. Je plantai mon regard dans celui de Joe.

Les gars je vous présente...mon petit ami. Joe.

Je l'avais dit, à voix haute, j'avais qualifier Joe de mon petit ami et ça me fit un bien fou.

Joe, je te présente mes camarades de classes : Sarah, Emrys et Kyle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Jeu 1 Jan - 13:44


I'm so afraid without you.

Ce n'était pas uniquement à cause de ce qui lui était arrivé, que je souhaitais ardemment m'occuper d'Olivia. C'était plus une excuse pour ce faire, qu'autre chose finalement. Oui, j'étais vraiment très heureux de pouvoir prendre soin d'elle comme il se devait. Mais il est évident que j'aurais préféré que cela se passe dans un tout autre contexte. Mais c'était ainsi. Et il allait bien falloir faire avec. Toutefois, je risquais de m'habituer à sa présence chez moi. Et à avoir bien du mal à la laisser filer quand elle irait mieux. Parce qu'elle allait évidemment repartir. Elle allait regagner son propre petit appartement. Mais pour l'heure, elle était clouée dans ce lit d'hôpital, pour quelques jours encore. Et de toute évidence, je n'étais pas le seul à avoir été mit au courant de ça, puisque trois de ses amis poussèrent la porte de la chambre pour entrer. Deux gars, une fille. Et contrairement à Oli, ils faisaient vraiment leur âge. Ce qui, durant un cours instant, me laissa perplexe. Parce que j'en arrivais à oublier le fait qu'Olivia était si jeune. Et ses amis étaient là pour me le rappeler, sans le savoir. Je les regardais les uns après les autres et quittai finalement le lit pour me déplacer et ainsi leur permettre de saluer Olivia. Je rendis leur poignée de main aux deux gars et répondis au signe de la jeune femme, par un simple sourire. Je me plaçai au pied du lit, tandis qu'ils échangeaient quelques banalités.

Ce n'était pas que je me sentais de trop, mais presque quand même. Trop âgé pour me trouver dans cette pièce, clairement. Mais Olivia qui ne m'avait pas encore présenté, fini par le faire. En me mentionnant comme étant son petit ami. Ce qui me surprit. Je pensais plutôt qu'elle allait dire son beau frère, finalement. Mais non, pas du tout. Enchanté. Leur dis-je sans pour autant quitter Olivia du regard, en affichant un sourire léger qui voulait tout dire. J'étais heureux qu'elle m'ait présenté comme étant son petit ami. Pour sûr que j'étais heureux. Même bien plus que ça encore. Heureux. Et sacrément amoureux. Je vais vous laisser un moment. Tous les quatre. Le temps d'un café, ok ? Que vous puissiez ... Discuter et tout ça. Ou juste fuir un petit peu. Parce que les jeunes, ce n'était pas trop mon truc. Oli était mon exception. Et avant de quitter la pièce, puisqu'elle m'avait présenté comme son petit ami, je me permis de me pencher vers elle pour l'embrasser. Pas un très bref et très chaste baiser. Non, un vrai baiser. Histoire d'insister, l'air de rien, sur le fait que j'étais bien son petit ami. Un dernier baiser, un sourire taquin, et je me redressai pour quitter finalement la chambre et leur laisser le temps de parler. Ou je ne savais trop quoi. Peut-être voudrait-elle leur expliquer plus en détail ce qui lui était arrivée. Pour ma part, je n'étais pas du tout désireux d'entendre à nouveau cette douloureuse histoire. Ainsi, je ne revins dans la pièce qu'une dizaine de minutes plus tard, frappant avant tout à la porte pour m'assurer que je ne dérangeais pas.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Jeu 1 Jan - 23:06

Même si nous avions convenu Joe et moi d'être discrets sur notre relation interdite, et que nous avions décidé de garder cela uniquement entre nous, je n'avais pu m'empêcher de le présenter à mes camarades comme étant mon petit ami. Je détestai devoir le considéré comme mon beau frère. Et puis ça aurait été relativement peu crédible pour le coup car il était allongé à côté de moi et que j'étais dans ses bras. Ça m'avais rendu incroyablement fière de le présenter ainsi à mes camarades. J'étais contente de les voir, mais je l'étais moins du fait que Joe sorte de la pièce. Je n'aimai pas l'avoir loin de moi, je ne me sentais jamais entière quand il n'était pas à proximité. J'aurai beau être dans une pièce pleine de monde, sans lui je me sentais seule. Et surtout, ce soir, j'avais peur, et le savoir près de moi me rassurai beaucoup.

Enfin, j'essayai de me concentrer sur mes nouveaux visiteurs. Je ne crois pouvoir considère aucun d'être eux comme un véritable ami, j'avais très peu d'ami, et eux ils étaient des camarades de classes uniquement. Ils était très sympas, et vraiment adorables, mais je ne les considérait pas comme mes amis. Ont discutait un peu de tout et de rien. J'évitais d'en revenir à mon agression car je n'avais pas envie d'en parler à quelqu'un d'autre qu'a Joe. Mes camarades prenaient congés au moment ou on frappa à la porte. Certainement Joe qui revenait. J'annonçais que la personne pouvais entrer alors que Kyle, le dernier à me saluer m'embrassai la joue amicalement. Je vis alors la silhouette de Joe pénétrer dans la pièce.

Tu veux venir mon cœur, mes copains s'en vont.

Ils sortirent de la pièce en saluant Joe en passant devant lui et refermèrent la porte. Je tendais alors les bras vers Joe comme un bébé qui voudrait qu'on le prenne.

Viens par ici mon bébé, j'ai besoin d'un petit câlin.

J'invitai Joe à revenir s'allonger près de moi.

Pourquoi tu n'es pas resté avec nous? Tu n'as pas à avoir honte ou à être gêné tu sais.

Je lui embrassai la joue.

Mon ange, j'espère que ça ne t'as pas dérangé que je dise que tu étais mon petit ami? Je sais qu'on avait dit qu'on en parlerait pas, mais c'est venu tout seul, et puis, je déteste dire que tu es mon beau-frère, alors que tu es mon grand amour. Ça m'a rendu tellement fière, si tu savais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Ven 2 Jan - 14:03


I'm so afraid without you.

Si j'avais décidé de moi même, de quitter la pièce pour laisser Olivia seule avec ses amis pendant un instant, je ne pu m'empêcher de revenir assez vite. Parce que je n'aimais pas vraiment être loin d'elle. Encore moins en connaissant son état actuellement. Je préférais donc revenir vite, quitte à prendre le risque que ses amis soient encore autour d'elle à se lamenter sur le fait qu'ils n'avaient pas été là et n'avaient donc pas pu empêcher ce qui lui était arrivé. Justement, j'entrai au moment où ils semblaient tous lui dire au revoir. Et elle me le confirma en m'indiquant qu'ils partaient. Je les saluai d'un bref sourire, avant de rejoindre Olivia sans me faire prier, quand elle me tendit les bras. Je retrouvai sans mal ma place à ses côtés et posai ma tête près de la sienne, mes doigts venant se glisser autour des siens. A défaut de pouvoir lui faire un véritable câlin digne de ce nom, en enroulant mes bras autour d'elle et en la serrant vivement contre moi. Honte ? Ah non jamais de la vie ! C'est juste que je ne me sens pas trop à ma place quand y'a trop de jeunes et tout ça ... Lui expliquai-je finalement. Ce n'était pas si grave que ça non plus en soit. Rien d'horrible non plus. Et j'étais certain qu'elle ne pouvait que me comprendre, vu qu'elle même était à peu près dans la même situation à vrai dire. Même si elle était jeune elle même, c'était loin d'être le cas mentalement !

J'écoutai ses derniers paroles, en la regardant avec attention. Fière de dire que j'étais son petit ami ? Elle n'avait pas idée de combien je pouvais moi même être fier de pouvoir le dire ! Même si on ne pouvait pas le dire à grand monde non plus. C'était prendre le stupide risque de voir ces choses là arriver jusqu'aux oreilles de Laurie. Oli, je suis fier d'être ton petit ami. Et fier que tu me présentes comme tel. Sinon, je ne l'aurais même pas embrassée comme je l'avais fais, devant eux, à vrai dire. Un jour je serai fier de le hurler sur tous les toits. De dire que cette adorable et merveilleuse jeune femme, est ma petite amie. Et peut-être même que d'ici là, elle serait devenue ma fiancée. Après tout, on ne savait jamais de quoi était fait notre avenir, c'était bien connu. Et si ça ne tenait qu'à moi, il était certain qu'on finirait par se fiancer bien assez rapidement. Et ce, malgré son jeune âge. Un âge qui, dans notre couple, ne représentait et ne signifiait vraiment rien. Bon je m'en rappelais surtout quand je voyais ses amis, aussi jeunes. Ce sont vraiment tes amis ? Finis-je d'ailleurs par lui demander en affichant une grimace à peine perceptible. Amis au point de t'embrasser les joues ? Pour un homme aussi peu tactile, à la base, que moi, ça signifiait beaucoup ce genre de geste, oui.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Sam 3 Jan - 11:56

Il ne se sentait pas à sa place quand il y'avait trop de jeunes? Je ne le prenais pas pour moi évidement, mais si un jour il en arrivait à ressentir ça avec moi aussi. Si un jour il ne se sentait plus sur la même longueur d'ondes que moi? Ça me paraissais peu probable certes, mais quand même. Parfois, je me disais que si il rencontrait une femme de son âge, belle, intelligente, marrante, brillante et avec une carrière impressionnante, elle pourrait le faire m'oublier, moi, la pauvre petite étudiante raide dingue de lui. Est ce que je m'inquiétais? Pas vraiment non, mais je n'avais pas encore assez confiance en moi pour être certaine qu'il ne puisse jamais s'intéresser à une autre femme.

Cependant, j'oubliais tout ça bien rapidement quand il m'avoua que lui aussi était fier d'être mon petit ami. Et qu'un jour il serait fier de le crier sur les toits même. Ça me fit rire et mes côtes casses me firent un mal de chien, si bien que je grimaçais. Mais j'attendais ce jour avec impatience. En ce moment, je me disais de plus en plus que nous devions tout avouer à Laurie. Après tout, il n'y avait plus rien entre elle et Joe, il n'était plus amoureux d'elle, et j'étais certaine qu'elle n'étais plus amoureuse de lui. Elle serait heureuse pour son ex qui a fait tant de choses pour elle, le père de sa fille, et surtout, elle serait heureuse pour sa petite sœur non? Sa petite sœur qui a sacrifier tant de choses pour elle. Ce serait vraiment égoïste de sa part de nous en vouloir de nous aimer.

Joe coupa le fil de mes pensées en me parlant de mes camarades de classe. Je fus de nouveau secouée par un petit rire douloureux. J'avais été surprise aussi qu'il ne dise rien face au petit bisou de Kyle.

Des amis? Non pas vraiment, ils sont un peu trop jeunes. Je n'ai que peu d'amis, et ils ont tous à peu près ton âge. Ce sont justes de bons copains de classe.

Je tournai la tête vers lui avec un petit sourire.

Et quant à ce petit bisou c'était uniquement amical, protecteur, parce qu'il compatit à ce qui m'arrive. Kyle à une petite amie sublime et dont il est fou amoureux. Et même si ça n'étais pas le cas je ne serai pas intéressée. Même si le plus bel homme de l'univers était à mes pieds, je n'aurai d'yeux que pour toi. De toute façon c'est toi le plus beau de l'univers.

Je souris et déposai un baiser sur sa jour avant de prendre sa main. De l'autre je consultai rapidement mon téléphone que je reposai rapidement sur la table de chevet. Je me retournai vers Joe et plongeai mon regard dans le sien, je pris une grande inspiration.

J'ai envie de tout dire à Laurie.

Un petit moment de silence.

Ce qui m'est arrivé ce soir, ça m'a fait comme un électrochoc. La vie est courte, et ont ne sais pas de quoi sera fait demain. Je n'ai pas envie de regretter de ne pas avoir tout fait avec tout, de ne pas t'avoir aimer à fond, de ne pas avoir tout partager. Je veux qu'on puisse se tenir la main, qu'on puisse s'embrasser partout, je veux porter tes enfants un jour... Je pense que ça pourrait être le bon moment. Qu'est ce que tu en penses?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Dim 4 Jan - 13:41


I'm so afraid without you.

Les choses n'étaient pas encore parfaites et ne le seraient pas tant que nous n'aurions pas l'occasion de nous afficher ensemble, tous les deux. Mais chaque chose en son temps. J'étais certain que ça finirait par arriver. Parce que c'était la logique même, tout simplement. Mais pour l'heure, je ne pensais pas vraiment à ça. Je ne pensais qu'au fait que je devais vraiment faire passer un sale quart d'heure au type qui s'en était prit à ma Oli. C'était mon premier et seul objectif pour le moment. Même si d'autres choses me traversaient également l'esprit, comme le fait qu'elle avait des amis bien trop jeunes à mon goût. Même si ce n'était pas mon affaire, bien sûr. Trop jeunes ? Ils ont ton âge ! Ricanai-je sans pouvoir m'en empêcher, tant je trouvais son avis très drôle, compte tenu de son âge à elle. C'était amusant tout de même, de l'entendre dire des choses pareilles. A croire qu'elle même était déjà une trentenaire ou je ne sais trop quoi. Une petite amie sublime ? Elle ne le sera jamais davantage que toi ! Remarquai-je en venant déposer un délicat baiser sur le bout de son nez. Le pire dans toute cette histoire, c'était bien que je le pensais dur comme fer. Pour moi, personne ne pouvait être aussi belle et parfaite qu'elle, elle l'était. Je me sentais vraiment chanceux de l'avoir. La question ne se posait même pas. Donc oui, c'était une fierté que de la présenter comme étant ma petite amie.

Et pourtant, quand elle émit l'idée de tout dire à Laurie, je me redressai pour lui lancer un regard ahurit et incertain. Elle ne pensait pas sérieusement faire une chose pareille. Si ? Bien sûr, ses paroles étaient vraiment plaisantes et j'adorais entendre tout ça. Mais quand même. Bébé, ce qui t'es arrivé ce soir, ne t'arrivera plus ... Lui promis-je doucement, en venant déposer une main sur sa joue pour l'inciter à me regarder. On a encore bien du temps devant nous, pour s'inquiéter de tout ça. Je ne pense pas que précipiter les choses, soit vraiment ce qu'on doit faire. Au contraire ... J'étais peut-être en parti un lâche. Mais je ne pensais vraiment pas que ce soit une bonne chose que d'en parler déjà à Laurie. Il nous fallait vraiment prendre le temps de réfléchir à tout ça. En tout cas, c'était mon avis. Et de toute évidence, elle ne le partageait plus vraiment au vu de ses doutes. On devrait plutôt prendre notre temps et continuer comme on le fait déjà. Ce n'est pas si mal, si ? Tentai-je maladroitement, incertain quant aux réactions qu'elle pourrait avoir. Je ne voulais pas la blesser. Et moins encore, l'entendre me dire qu'il était finalement préférable que nous arrêtions absolument tout.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Dim 4 Jan - 14:20

Même dans cet état pitoyable, j'arrivai encore à le faire rire et ça me faisais un bien fou. Entendre son rire était la plus douce des mélodies à mes oreilles. Je tentai ensuite de lui expliquer un peu plus en détail ma façon de penser.

L'âge n'est qu'un chiffre, ça ne signifie rien. C'est plutôt mentalement qu'ils sont trop jeunes pour moi. Ont peut très bien avoir 50 ans et être un débile profond et n'en avoir que 15 et être très mature.

J'avais 22 ans et j'étais sur la même longueur d'onde que lui. Quand on se parlait, je n'ai jamais ressenti un écart de génération. C'était pareil quand je parlais avec Gabriel, l'un de mes meilleurs amis, qui avait pourtant trente ans. Certes, il était un peu comme un grand frère pour moi, mais il c'était toujours adressé à moi comme à n'importe qui et pas comme à une gamine et inversement. D'ailleurs je me disais qu'un jour il faudrait que je présente Gaby à Joe, je pense qu'ils s'entendraient plutôt bien. Enfin, pour l'heure nous en revenions à parler du petit bisou de Kyle sur ma joue quand Joe affirma que sa sublime petite amie ne l'était certainement pas autant que moi. Je riais doucement.

Tu dis ça uniquement parce que tu est amoureux de moi. Je t'assure qu'elle est magnifique : grande avec de longs cheveux noirs, un teint hâlé et de grands yeux marrons, une vraie bombe. Enfin, si toi c'est moi que tu trouves la plus belle ça me va parfaitement!

La suite de notre conversation se fit un peu plus sérieuse alors que je proposai à Joe de parler à Laurie, de tout lui avouer enfin. Ça faisait tellement longtemps, cette relation, bien qu'elle ait connue des coupures, des hauts et des bas, dirait depuis presque trois ans maintenant. Selon moi c'était déjà beaucoup trop long. Ce mensonge, cette supercherie avait duré trop longtemps. J'en avais assez de me cacher, et de trahir ma sœur. Je voulais être enfin honnête et assumer mes actes et mon amour pour Joe... Mais ce dernier ne sembla pas de cet avis, et je fus incroyablement déçue. Moi qui pensai que ça lui ferai plaisir, qu'il serait heureux qu'on tente enfin de vivre notre amour plus pleinement. Mais non, il n'avait pas envie, selon lui ce n'était pas le bon moment et apparemment la situation actuelle lui convenait très bien. Ce que je disais tout à l'heure se vérifiait encore, la maturité n'était pas une question d'âge car je pense en montrer beaucoup plus que lui a cet instant. Il me blessait, énormément. C'était comme un coup de poignard en plein cœur. Alors je fis ce que je savais faire de mieux, faire la forte. J'accrochai à mon visage mon plus beau sourire. Et je pris un ton doux et enjoué, presque joyeux.

Tu as parfaitement raison. C'était bête. Et puis ça risquerait de tout gâcher. Comme tu l'as dis, ce n'est pas si mal de continuer ainsi. Ça arrivera quand ça arrivera. On ne devrait pas s'en soucier pour le moment. Ça dois être mon agression qui m'a un peu perturbée.

Je lui lançai un autre sourire plus délicat et naturel mais tout aussi faux, puis je l'attirait à moi pour l'embrasser tendrement. Pour le coup, je n'arrivai vraiment pas à être d'accord avec lui et à le comprendre, mais peu importe, je savais faire semblant et duper mon monde.

Joe, est ce que tu peux aller me chercher quelque chose à manger à la cafet? Je meurt de faim maintenant.

C'était totalement faux, je ne pourrai absolument rien avaler, mais j'avais besoin d'être seule un petit moment, ou du moins, d'enlever mon masque quelques minutes parce que je sentais qu'il allait se fissurer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Dim 4 Jan - 15:51


I'm so afraid without you.

Elle avait parfaitement raison. C'était une question de maturité, pas d'âge réel. Elle avait douze ans de moins que moi et pourtant, bien souvent, elle me semblait plus mature que moi. Enfin sauf quand nous pétions tous les deux un plomb et nous mettions à nous amuser comme deux véritables gamins. Mais ça, c'était juste que ça faisait un bien fou ! Pour sûr, se lâcher un peu n'avait encore jamais fait de mal à qui que ce soit. En tout cas, pas à nous. D'ailleurs, je la taquinais un peu quand je lui fis remarquer que pour moi, on ne pouvait pas faire femme plus belle qu'elle. Et quand elle entreprit de me décrire la petite amie en question, je fis mine de prendre une moue de réflexion. Ah oui quand même ... Tu crois pouvoir me la présenter à l'occasion ? Juste ... Que je vois ça de mes propres yeux ... Evidemment, je ne disais ça que pour l'ennuyer un peu. J'adorais faire ça, l'embêter. Surtout quand il était question de titiller sa jalousie. Surtout que je m'en fichais pas mal de cette fille et de ce à quoi elle pouvait bien ressembler. j'avais déjà tout ce qu'il me fallait. Olivia était ma perfection à moi et pour rien au monde je ne la changerais, qu'on se le dise ! Malheureusement, bien vite il fallut retrouver notre sérieux; Puisqu'elle était en train d'émettre une idée qui fit courir un frisson de peur le long de mon échine. Ce n'était pourtant pas mon genre du tout d'avoir ainsi peur de quoi que ce soit. Simplement, je n'étais peut-être pas près ...

Pas près à avouer à Laurie que j'étais amoureux de sa soeur depuis des lustres. Pas près à affronter le regard certainement désapprobateur des gens, sur notre couple. Pas près à partager ce petit secret qui n'appartenait vraiment qu'à nous, avec qui que ce soit, tout simplement. Evidemment, la réaction d'Oli m'inquiétait. mais elle me rassura bien vite quand elle afficha un grand sourire. Peut-être un peu trop grand pour être sincère. Elle me répondit avant de m'embrasser avec une tendresse qu'elle ne feignait pas. J'avais un peu de mal à savoir si elle était sincère ou si elle mentait pour m'apaiser et me rassurer. Est-ce que je l'avais blessée ? J'étais vraiment très effrayé, par cette idée. Pas plaisante du tout ! Elle parvint à me remettre un sérieux doute en tête, quand elle me demanda d'aller lui chercher un truc à manger. Avait-elle vraiment faim ou était-ce une simple excuse pour me voir sortir de sa chambre ? Pourvu qu'elle ne fonde pas en larmes par ma faute. Je détesterais ça. Okay ... Soufflai-je après une courte hésitation, avant de descendre du lit. Pourtant, je ne m'en éloignai pas. Au lieu de ça, je pivotai pour lui faire face et posai mes mains sur le bord du lit. Bébé ça va ? Entre nous je veux dire. Là, tout de suite. Tu sais, j'ai vraiment envie de la vivre cette histoire. Je t'aime et tu le sais. C'est juste que ... C'est un truc qu'on ne partage que tous les deux, tu vois ? Et pourtant, j'aime bien ça...

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Dim 4 Jan - 16:24

Non mais quel goujat! Je mimais une fausse mine outrée en entendent Joe affirmer que finalement la petite amie de Kyle avait l'air d'être jolie et qu'il aimerait la rencontrer. Je savais bien qu'il plaisantait et essayait de me taquiner, et ça marchait, je lui donnai une petite tape du revers de la main sur l'épaule, et à vrai dire je me fis plus mal aux doigts qu'autre chose, il avait des bras en béton armé.

Hé, non, c'est pas ça que t'es censé dire. Tu dois dire que c'est quand même moi la plus belle et que même si la plus belle femme du monde te faisait tu rentre dedans tu me trouverai encore la plus belle et toutes ces conneries... C'est ça le deal normalement? Faut revoir tes classiques mon vieux!

Je riais cette fois avec un peu plus de vigueur bien malgré moi, tant pis pour mes côtes douloureuses. Nous adorions nous taquiner Joe et moi, surtout lorsqu'il s'agissait de notre jalousie mutuelle. C'était peu être malsain, mais nous nous considérions comme la propriété de l'autre, Joe était à moi et j'étais à lui et il en serait toujours ainsi. Je n'ai cependant jamais été vraiment "jalouse" car depuis notre rencontre, je ne l'ai jamais vu regarder une seule autre femme. La seule fois ou j'ai été vraiment très jalouse et très en colère, c'était quand Laurie m'a appris sa grossesse. Car aussi absurde que cela pouvait paraître, j'ai ressenti ça comme la pire trahison, pour moi, il m'avait trompé. Et si je lui avais pardonner cela, je n'étais pas prête de l'oublier de si tôt. Et si il avait été en face de moi au moment des faits, pour sur que je l'aurai giflé, et certainement plaqué. Je l'aimai plus que tout au monde, vraiment, mais je n'aimai pas me faire prendre pour une conne. Oui je lui avais pardonné, mais j'avais encore bien du mal à le digéré. Moi je ne l'ai jamais trompé, bien que notre relation n'ait jamais rien eu d'officiel, je l'aimai trop, et je n'aurai pas pu me laisser toucher par un autre homme, ça me dégoutai, et cela même quand il était à des milliers de kilomètres de moi et que je ne savais pas ou en était notre relation. Jamais je n'aurai pu laisser un autre homme entrer en moi comme lui savait si bien le faire. Alors que lui puisse avoir la force de toucher une autre femme, d'entrer en elle, ça m'avais achevé, ça m'avais rongé, ça continuai de me rongé parfois. Je détestai penser à ça, car ça me faisais ressentir de la rancœur pour Joe et je n'aimai pas ça.

Et rien ne s'arrangea, tout alla même de mal en pis quand il refusa d'officialiser notre relation en en parlant à Laurie. J'étais déçue et surtout blessée. Et je ne comprends pas sa réaction. S'il m'aimait autant qu'il le prétend, ça ne lui poserai pas de problème. Je savais que Joe m'aimai, mais je découvrais à présent que je l'aimai plus que lui ne m'aime. Peu importe, je ne me laissai pas submergé par la peine qui grandissait en moi. J'avais mis mon masque et Joe semblait presque totalement dupe. J'étais satisfaite. Il avait certes quelques doutes que je me dépêchais de dissiper.

Ouais, tout vas bien je t'assure. C'est vrai que le fait de cacher notre relation, ça a un certain mystère, c'est excitant, et ça me convient parfaitement.

Je lui offrais un énième sourire et pinçait doucement le bout de son nez.

Aller maintenant file, je meurs de faim!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Dim 4 Jan - 17:58


I'm so afraid without you.

Si je me permettais de titiller ainsi la jalousie de la femme que j'aimais, c'était bien parce que je savais qu'elle était consciente du fait qu'elle ne risquait pas de me voir craquer pour une autre qu'elle. j'étais tellement amoureux fou d'elle, que jamais je ne pourrais en regarder une autre. Soit, j'avais merdé en couchant avec Laurie alors que je partageais déjà cette relation avec elle. Mais c'était un contexte bien précis. J'étais censé être en couple avec Laurie. Il était donc normal que nous ayons encore ce genre d'activité. Enfin en toute logique ... Quoi qu'il en soit, je regrettais en partie d'avoir fais cette connerie quand même. Oooh j'ai pas correctement appris mes leçons, pardon. Ok alors ... Même si miss Univers me faisait du rentre dedans, je ne broncherais même pas. parce que c'est toi la plus belle, sans aucun doute et aucune hésitation possible. Citai-je d'une voix coquine. Certains pourraient dire que nous en faisions trop. Mais non. C'était parfaitement sincère entre nous. C'était tout simplement l'amour en lui même, qui parlait de la sorte et nous poussait à nous faire sans cesse ce genre de déclaration. Et personnellement, je ne m'en lassais pas du tout ! Et j'étais certain qu'il en allait de même pour elle. parce que notre relation fonctionnait aussi. Même avec ce petit côté niais. C'était tout nous. Pas de question à se poser là dessus ! Et puis il y avait la base de notre relation. Celle qui nous faisait vaciller en cet instant.

Apparemment, nous n'étions pas d'accord sur ce point important. Elle voulait qu'on parle de tout ça à Laurie. Moi je trouvais qu'il était encore trop tôt. Finalement, elle se rangea un peu trop vite à mon idée, pour que cela puisse tout à fait être sincère. Raison pour laquelle j'avais soudainement comme un doute. Elle ne semblait pas aller aussi bien qu'elle voulait me le faire croire. Pourtant, elle m'assurait que si. Du coup, j'avais un peu de mal à savoir ce qui était vrai et ce qui ne l'était pas. C'était étrange. Je ne savais que penser de sa soudaine réaction. Finalement, je capitulai. Je me faisais certainement un gros film et m'imaginais que ça n'allait pas, juste parce que ça me semblait trop simple pour être vrai. Donc, rien qu'un film. D'accord. Soupirai-je donc avant de me pencher pour déposer quand même quelques baisers sur ses lèvres, avant d'enfin quitter la chambre. Trouver ladite cafét puis un truc à manger pour elle, me prit un temps fou. Quand bien même je fis aussi vite que je pu. J'ignorais si elle avait réellement faim. J'avais encore un doute quant à tout ça; Peut-être qu'elle souhaitait juste se retrouver seule un instant. Ce qui n'était pas très courant au sein de notre couple. D'ordinaire, nous n'étions bien que quand nous étions ensemble. raison pour laquelle je n'eus aucun mal à faire demi tour pour la rejoindre.

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Dim 4 Jan - 18:48

Je ne pus m'empêcher de rire de nouveau face aux propos de Joe. Je savais bien qu'il m'adorais, je n'avais pas de doute la dessus et je ne m'en faisais pas vraiment pour les autres femmes, tout comme il n'avait pas à s'en faire pour les autres hommes. Jamais je ne pourrai en aimer un autre que lui. Joe était mon évidence, mon tout. C'était le premier et le dernier homme que j'aimerai jamais.

Mais tout commença ensuite à mal tourner à partir du moment ou je me souvenais qu'il avait coucher avec Laurie après avoir entamer une relation avec moi. L'espace d'un instant, j'essayai de me mettre à sa place. Si Joe avait un frère, et que je sortait avec ce frère. Qu'il me présente ensuite à Joe et que l'ont craque complètement l'un pour l'autre. On entame une relation passionnée et fusionnelle. Que notre relation soit tel qu'elle est entre nous en ce moment, et que du jour au lendemain, je couche de nouveau avec son frère. Comment l'aurait il prit? Très mal probablement. Mais je sais que moi j'en aurai été incapable. Et si ce n'était pas ma sœur, si il avait juste une autre petite amie, et qu'on s'était rencontrés, entamé cette relation et qu'il couche encore avec elle, aurai-je accepter la situation? Lui aurai-je pardonné? Je n'en sais rien.

Ça empira encore lorsqu'il refusa d'enfin parler à Laurie et d'être honnête avec elle. Pas seulement pour ma sœur mais aussi pour nous. Avait-il honte à cause de mon âge? Pourquoi ne voulait il pas assumer de m'aimer? Pourquoi ne prenait-il pas son courage à deux mains? En tout cas une chose est sûre, je ne reparlerai plus jamais d'officialiser notre relation et d'en parler à Laurie après la claque que je venais de me prendre. Peu importe. Je préférai ne plus y penser, ça me faisais trop mal. Mais quand je ne pensai plus à ça je repensais à mon agression d'il y'a quelques heures. Rien n'allait. Et après avoir fait mine que tout allais bien, je fis tout pour faire sortir Joe de la chambre. Enfin il s'en alla et je pus retirer mon masque. Je senti mon visage se décomposer. Les larmes me montèrent aux yeux mais je refusais de pleurer. J'allais difficilement jusqu'à la salle de bain adjacente. Je me plantai au dessus du lavabo, face au mirroir, et je me lançai un regard noir dans mon reflet. Il fallait que je me ressaisisse, et rapidement! Je regardai l'autre moi dans les yeux.

C'est rien Olivia, ça va aller. Ça ne veut pas dire qu'il ne t'aime pas, ni qu'il a honte de toi. C'est dans ta tête Oli.

Je pris une grande inspiration en sentais les larmes monter. Je basculais la tête en arrière pour tout ravaler.

Aller Nolans, depuis quand t'es un petite pleurnicheuse? Ça ne te ressemble pas! Soit forte!

C'est à ce moment que je senti une odeur de nourriture. J'avais déjà l'estomac noué et la gorge serré, mais la ce fut la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Bon en même temps je l'avais bien chercher. Je me ruai au dessus de la cuvette déverser le dégoût que m'inspirais cette odeur. Je préfère épargner les détails. Le peu de force que j'avais encore en moi m'abandonnèrent. Je m'asseyais à même le sol. Je repensais à mon agression, à ses coups, à cet homme. Je repensais à Joe, à ses propos, son refus d'assumer, au fait qu'il avait coucher avec Laurie, qu'il était son petit ami, qu'il avait un enfant avec elle. Tout ce à quoi j'avais résister, tout ce que j'avais surmonter, à l'état dans lequel je me trouvais actuellement. Je fini par m'asseoir à même le sol, devant la cuvette, en tailleur, je me pliais en deux et posai ma tête sur mes jambes, mes main sur le visage, j'éclatais en sanglots. Après tout j'avais le droit, moi aussi, à un moment de faiblesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Lun 5 Jan - 21:13


I'm so afraid without you.

Je n'avais aucun doute quant au fait que si Olivia souhaitait me cacher quelque chose, elle pouvait le faire sans aucun mal. Non pas qu'elle était une menteuse née et tout ce qui s'ensuit. Mais j'étais certain que pour éviter de me faire de la peine, elle était tout à fait capable de me mentir un peu. ou de me cacher certaines choses. Bien sûr, cela me dérangeait un peu. Parce que je préférais largement affronter les choses telles qu'elles étaient, plutôt que de faire semblant de croire à ses paroles quand même je savais qu'elles étaient fausses. Enfin là pour le coup, je n'étais vraiment sûr de rien. J'avais juste un affreux doute qui me dérangeait beaucoup. Mais que je ne pouvais dévoiler à voix haute. De peur de la blesser pour de bon. Or, si je pouvais éviter ça, je le faisais évidemment avec grand plaisir. Parce que j'avais déjà beaucoup de mal à la voir souffrir. Mais si en plus j'étais la cause de son mal être, quelle horreur ! Je ne pouvais donc insister. Pas tant que je n'étais pas certain que je ne me faisais pas juste un film. Prendre un risque de ce genre ? Jamais de la vie, qu'on se le dise ! Je décidai donc de la laisser tranquille et d'aller lui trouver à manger. Parce qu'il s'agissait bien de la laisser tranquille un petit moment. De ça, j'en étais tout à fait sûr par contre. Je ne pensais pas vraiment qu'elle avait été prise d'une soudaine petite faim !

Mais j'étais vraiment décidé à faire mine de rien. Du moins, tant qu'elle même agirait de la sorte ! Ce qui me poussa donc à aller lui trouver à manger à la cafétéria et à revenir dans la chambre avec. Une bouffée effroyable de panique me gagna quand je réalisai que la chambre était vide. Mais je fus -un peu- rassuré d'entendre du bruit dans la salle de bain. Soulagement de très courte durée, quand je réalisai qu'elle était malade. J'abandonnai donc la nourriture sur la table de nuit, pour filer tout droit dans la salle de bain. La voir assise devant les toilettes, en larmes derrière ses mains, me fit un terrible pincement au coeur. Pourquoi pleurait-elle au juste ? A cause de moi ? Par rapport à ma dernière réponse en ce qui concernait notre relation ? Ou c'était son agression qui la mettait dans un tel état ? J'avais peur que ce soit un mélange de tout ça. Qu'elle soit juste en train de craquer un bon coup. Quand bien même ça ne pourrait que lui faire du bien, en fin de compte ! Oli, mon ange ... Soufflai-je doucement en la rejoignant sans tarder. Je rabaissai la cuvette des toilettes et l'aidai à se relever pour s'asseoir dessus. J'allai ensuite récupérer une petite serviette blanche que je mouillai, pour venir humidifier doucement son visage, accroupis devant elle. Oli dis moi ce qui ne va pas ...

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Lun 5 Jan - 21:55

J'avais réussi à ravaler mes larmes. Mais l'odeur de la nourriture, qui me provoqua de violentes nausées, eut le dont de me faire totalement lâcher prise. Mes forces l'abandonnèrent, autant physiquement que psychologiquement, j'étais à bout sur tout les plans. C'est la raison pour laquelle je craquai pour de bon. C'était un mélange de tout ce qui allait de travers dans ma vie. Ça devait sortir, j'en avais besoin, j'avais contenu trop de choses ces deniers temps et ça m'expliquai en plein visage. Cependant, j'aurai préféré que ça n'arrive pas devant Joe. À coup sur il allait encore se faire un sang d'encre pour rien. Il se faisait beaucoup trop de soucis pour moi au moindre petit soucis. Et je ne voulais pas qu'il s'en fasse. Mais la, je n'arrivai plus à faire semblant.

Comme je m'en doutais en l'entendant revenir avec la nourriture, il venait aussitôt me rejoindre, mais je n'avais plus assez de force pour remettre mon masque. Joe se fit doux, presque comme si j'étais une petite fille. Il me releva et me fis asseoir sur la cuvette des toilettes qu'il avait préalablement refermé. Il me rafraîchi le visage, ça me fit beaucoup de bien. Puis il me demanda ce qui n'allait pas. Mes larmes coulaient de plus belle. Je me jetai dans ses bras et enfoui mon visage dans son cou, c'était la seule chose qui prévenait à me calmer. Je réussi à plus ou moins lui expliquer entre deux sanglots.

C'est tout ça qui ne vas pas. Ce que j'ai vécu ce soir. C'était horrible Joe, horrible, tu n'as pas idée...

Un nouveau sanglot me submergea.

Et je veux vivre avec toi mais c'est impossible, ça sera toujours impossible, on y arrivera jamais...

Nouveau sanglot.

J'en ai marre qu'on de voie une fois de temps en temps dans la semaine, j'en peux plus, j'ai envie d'être avec toi tout le temps.

Nouveau sanglot.

Je suis à bout de fatigue Joe, je suis épuisée, j'en peux plus...

Je le serrai contre moi de toutes mes forces, peu importe la douleur.

C'est pas un caprice Joe, je ne fais pas ça pour que tu changes d'avis, j'accepte et je respecte ton choix. C'est juste qu'avec tout ça, ce soir, ça m'a épuisé et...j'aimerai tellement dire qu'après ça on va rentrer chez nous mais on a pas de chez nous, ont aura jamais de chez nous... C'est pas juste Joe. J'ai toujours tout fait bien, je n'ai jamais fait de mal à personne, je n'ai jamais rien eu en un claquement de doigts, je me suis toujours battue pour mes idées, mes valeurs, et pour réussir ce que j'entreprend. J'ai tout donné à Laurie, j'ai tout fait pour elle, mais c'est pas encore suffisant. Qu'est ce que je dois faire pour avoir un peu de répit?

Mes pleurs se calmèrent peu à peu et je finis par retrouver mon souffle.

Pardon Joe. Excuses-moi de faire ça devant toi. Je ne veux surtout pas être un poids de plus pour toi, au contraire, je veux t'aider. Je déteste que tu me vois dans cet état, aussi vulnérable.

Je prenais son visage entre mes mains.

Mais je veux que tu me promette de ne pas changer d'avis à cause de ce qui vient de se passer. J'aurai l'impression de te forcer et ce serait pire que tout, ce n'est pas ce que je veux, alors je te demande de ne pas changer d'avis pour me faire plaisir. Ok? Si je suis dans cet état c'est surtout à cause de mon agression, le reste je peux faire avec. Je ne pense pas avoir mérité ce qui m'arrive ce soir et ça m'a fait péter un plomb. Ça va aller maintenant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream

« couches changées » : 392
« âge » : 34 ans.

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Lun 5 Jan - 22:24


I'm so afraid without you.

J'aurais vraiment du écouter mon premier instinct. J'avais bien senti qu'un truc clochait. Et rien que pour ce doute, je n'aurais jamais du me tirer pour aller lui chercher de la bouffe. Je savais que c'était un prétexte pour se retrouver seule. Mais je devais bien admettre que j'ignorais, qu'elle allait aussi mal. Sinon, je ne serais jamais parti. Je ne l'aurais jamais laissée dans un tel état, derrière moi. La question ne se posait pas, tant ça coulait de source ! J'aurais quand même préféré qu'elle se lâche tout à fait devant moi. Qu'elle n'ait pas peur de pleurer dans mes bras et de m'avouer que mes paroles l'avaient dérangé. Parce que j'étais certain que ma décision de garder encore quelques temps notre petit secret, n'y était pas pour rien dans sa crise de larmes si soudaine. Elle m'avait semblé tellement forte et capable de faire face à son agression, que je m'étais voilé la face. Elle était humaine, avec certaines fragilités et un certain seuil de tolérance aux malheurs, comme tout le monde. Je n'aurais pas du m'imaginer qu'elle saurait encaisser encore et toujours. J'avais été bien idiot, il fallait le reconnaître. Et même si j'essayais de ne rien en montrer pour ne pas la brusquer ni la faire fondre encore plus en larmes, je culpabilisais vraiment d'avoir été si bête. Je pris soin de ne pas la serrer trop fort, quand j'enroulai mes bras autour de sa taille. Je ne tenais pas à lui faire encore plus mal, physiquement !

Doucement, je laissais les paumes de mes mains caresser son dos, de haut en bas. Je gardais le silence, pour lui laisser le temps de se lâcher complètement. Je ne voulais pas l'interrompre et risquer de la faire se braquer et fermer la bouche pour des jours et des jours. Elle avait besoin de se confier. Alors qu'elle le fasse. J'étais là pour ça. Ces choses là n'allaient pas dans un seul sens, pour sûr ! Peu à peu, le flot de larmes se calma légèrement. Assez pour qu'elle puisse reculer le visage et encercler le mien entre ses mains douces. Je la regardais toujours sans mot dire, écoutant juste ce qu'elle avait à dire. Olivia, je sais que l'état actuelle de notre relation, n'est pas facile à supporter du tout ... Soufflai-je doucement en laissant venir mes mains sur ses cuisses. Mais il faut vraiment que tu continues de croire en nous. De croire en notre amour. De croire en moi aussi. Je t'aime plus que ma propre vie. Lui assurai-je avec tendresse, sans jamais la quitter du regard. Considérons que tout ça ... N'est qu'une phase de notre relation. C'est le début. Une étape qu'on va devoir franchir. Mais on ne peut pas se permettre de précipiter les choses. Il faut qu'on y aille doucement. Qu'on évolue tranquillement. Je me redressai pour venir poser mon front contre le sien et mes mains sur ses joues. Oli, tu es un ange tombée du ciel. Tu mérites d'être heureuse. Tu le mérites vraiment. Continue d'être forte et tout rentrera dans l'ordre. Tout ce que tu mérites, arriveras. Je te le promets !

realised by morphine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream
--
« couches changées » : 355
« âge » : 22 ans

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   Mar 6 Jan - 15:39

J'écoutais Joe avec beaucoup d'attention. Il m'exposait son point de vue tandis que je séchais mes dernières larmes. Je hochai la tête avant de reprendre son visage entre mes mains. Je plantais mon regard dans le sien, il était tellement beau. Je déposai un baiser sur son front avant de le libérer.

Je comprend ton opinion, je la respecte, mais je ne la partage pas. À mon sens, on a déjà vécu assez d'épreuves comme ça. On a été séparés pendant deux ans Joe...deux ans! Tu te rends compte à quel point c'est long? On a déjà perdu trop de temps, on est passé à côté de trop de choses, combien de temps ça va encore durer? Je pense que c'est le moment pour nous d'être heureux, de profiter pleinement de la vie, et d'être honnête envers nous même et envers Laurie. Mais si ça n'est pas le cas pour toi alors j'attendrai, je t'attendrai toute ma vie s'il le faut.

Je me relevais doucement pour aller regagner mon lit. J'avais autre chose à dire à Joe. Quelque chose de difficile et qui n'allait pas lui faire plaisir. Je grimpais sur mon lit et lui faisait face.

Approche bébé...

Je l'invitait à venir tout près de moi sur le lit. Je posai une main sur sa joue.

Ce que je vais te dire n'est pas évident... Depuis que tu es la, ici avec moi dans cette chambre, je n'arrête pas de me dire que tu vas finir par partir pour t'occuper de Jessica, ce qui est normale. Je refuserai que tu restes avec moi si elle restait seule avec Laurie. Puis je me suis rendue compte qu'à chaque fois que tu dormais avec moi, elle restait seule avec Laurie. Imagine qu'il y est un incendie, qu'elles doivent évacuer l'immeuble. Ou juste que Jess fasse un cauchemar, qu'elle ait besoin d'être consolée, rassurée, ce n'est pas Laurie qui le ferait. Alors à partir d'aujourd'hui, je t'interdis de dormir avec moi... Pas si Jessica est toute seule. Je t'aime Joe, plus que tout au monde, je donnerai ma vie pour toi, et crois moi, ça me coûte autant qu'à toi. Mais notre relation ne doit pas se faire aux dépends de ta fille.

Je pris une grande inspiration avant de planter les yeux dans les siens.

Donc...fini nos nuits ensemble... On trouvera une autre solution... On essayera de se voir la journée, quand Jess sera avec la nourrice. On se verra encore moins qu'avant, mais on doit faire passer Jessica en premier...

Je passai délicatement le revers de sa main sur sa joue.

Je t'aime tellement fort Joe, tu es l'homme de ma vie...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
bienvenue à sunset dream

MessageSujet: Re: Joe&Oli - I'm so afraid without you   

Revenir en haut Aller en bas
 

Joe&Oli - I'm so afraid without you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» I'm too afraid of my heart to let you go [Arya]
» People shouldn't be afraid of their government. Governments should be afraid of their people.
» SKYE ϟ Not afraid of me ? You probably should.
» Wendy Darling ~ Don't be afraid, I promise I won't bite.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ BÉBÉ A BORD :: Sunset Dream :: newton avenue-