AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (birdie&jayson) + « Je reste celle que je suis et n'oublie pas ce que je vaux, car j'ai compris que la différence n'est pas un défaut. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
bienvenue à sunset dream

MY HEART BELONGS TO YOU.
L'amour est toujours passion et désintéressé. Il n'est jamais jaloux. L'amour n'est ni prétentieux, ni orgueilleux. Il n'est jamais grossier, ni égoïste. Il n'est pas colérique. Et il n'est pas rancunier. L'amour ne se réjouit pas de tous les péchés d'autrui. Mais trouve sa joie dans l'infinité. Il excuse tout. Il croit tout. Il espère tout. Et endure tout. Voila ce qu'est l'amour.

Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.

« couches changées » : 3765
« multi-comptes » : dylan-skÿe
« âge » : vingt-quatre ans.

MessageSujet: (birdie&jayson) + « Je reste celle que je suis et n'oublie pas ce que je vaux, car j'ai compris que la différence n'est pas un défaut. »   Sam 17 Jan - 14:19

Birdie & Jayson
« Je reste celle que je suis et n'oublie pas ce que je vaux, car j'ai compris que la différence n'est pas un défaut.  »


je déposais pour la première fois, les jumeaux à la crèche. j'avais décidé de me lancer. d'arrêter la mère poule trop collé à ses enfants, incapable de les laisser à quelqu'un d'autres. il faut bien que j'apprenne à m'éloigner d'eux. je suis désormais mère célibataire. nous ne sommes plus deux pour s'occuper d'eux. je dois travailler au studio. je dois reprendre une vie normale. ils en ont besoin et je crois que moi aussi. beaucoup trop de problèmes. c'est avec les yeux pétillants et prête à pleurer que je leur fais un signe de la main. Kaley n'arrive pas à se calmer et je l'entends pleurer alors que je sors de la crèche. c'est la meilleure solution. rester ne ferait que rendre le départ plus douloureux. maintenant je m'en veux de les avoir laisser. quand je voyais ses mères incapables de laisser leurs gamins, je disais tout le temps que ça m'arriverait jamais. et bien on se trompe. c'est pour tout le monde la même chose. on est autant démunis face aux pleures de son enfant. je rentre dans la voiture et je laisse deux larmes dégoulinées. j'étais forte avant. j'étais incapable de pleurer ou d'avoir autant de sentiments. quand je me regarde dans un miroir, je vois à quel point , j'ai changé. à quel point, Devon m'a changé. il m'a redonné l'envie d'être une femme épanouie et d'avoir un futur qui n'était qu'une vaste connerie après Jaiden. je l'ai perdu. c'est comme si je perdais toutes les personnes importantes de ma vie. comme si on avait décidé de me les enlever une par une. parfois, je me demande ce que j'ai fait pour mériter ça. je pousse la porte du studio. je fais un petit signe de la main à la secrétaire qui s'occupe désormais de toute la paperasse.  « Birdie !! »  je me retourne vers elle et marche dans sa direction. elle a toujours ce sourire sur le visage. toujours cette bonne humeur. « tu as eu du courrier, c'est sur ton bureau. tu as aussi des papiers à signer. l'école de danse de New-York a appelé, ils ont besoin de te parler.  »  l'école de New-York ! c'est vrai qu'il y a quelques jours, ils m'ont proposé de devenir la chorégraphe et danseuse d'une de leur compagnie. je ne voyage plus. je ne fais plus de spectacle. je me  contente de m'occuper de mon studio. en me réveillant du coma, ça m'a fait bizarre de me dire que je ne dansais plus sur scène, que j'avais désormais mon établissement. depuis mon réveil du coma, j'ai eu plusieurs fois l'envie de retourner, de partir en tournée sur les grandes scènes du monde. il y a eu les jumeaux et ça n'était qu'une envie soudaine et futile. maintenant qu'est-ce qui pourrait me retenir ? rien. je pourrais prendre mes enfants et le faire. seulement partir loin de Sunset Dreams, partir loin de ma famille, de mes amis, de mon passé. je ne sais pas. « c'est noté. je me mets à ça tout à l'heure ou demain. mon premier cour n'est pas avant quatre heures. je vais aller un peu à la salle de sport. s'il y a une urgence, hésite pas. » j'ai repris les heures à la salle de musculation. une grossesse transforme votre corps et vous fait accumuler les kilos. il ne m'en reste plus que deux pour avoir de nouveau mon poids avant grossesse. j'ai aussi besoin de m'aérer la tête et j'aime le faire en donnant tout ce que j'ai. je prends désormais une heure par jour au moins pour aller faire des exercices. ainsi, je reviens au studio avec la patate. je monte dans mon bureau et regarde la pile de papier. rien que voir ça, ça me démoralise. tout ce qui est papier, c'est les choses que je déteste. je n'aimais pas l'école et j'aime pas toujours autant. heureusement, que j'en ai le moins à faire et que je peux sur la secrétaire pour me mâcher le travail. je préfère largement passer mon temps à donner des cours, que d'être dans mon bureau. j'attrape l'un des papiers que je signe en lisant de droite à gauche. c'est juste une demande de virement pour payer l'électricité du mois dernier. rien d'exceptionnel. ça doit être pareil pour tous les autres papiers. je sors d'un des placards un sac. j'attrape les vêtements que j'enfile. une tenue de sport. j'aime mieux l'enfiler ici. je me doucherais en revenant pour mettre une tenue de danse. je quitte le studio en déposant une tasse de café sur le bureau de ma secrétaire. celui de ma machine est bien meilleur que celui de la sienne. j'ai le droit à un grand sourire pour ça. la salle de sport est en ville. je reprends ma voiture. j'ai pris l'habitude de venir. les gens là-bas me connaissent. je prends toujours quelqu'un  pour me  coacher. peut-être que j'excelle en danse mais en musculation, c'est totalement différent. je préfère être entre de bonnes mains pour ne pas m'abimer quelque chose. ce n'est pas le moment maintenant que je reprends la danse à fond.  je me cale contre le comptoir et demande à la demoiselle si je peux avoir un coach. « attends là-bas, je t''envoie quelqu'un.  » dit-elle en me montrant du doigt un banc à l'autre bout de la salle. je la remercie et me dirige vers le banc pour m'installer. un jeune homme arrive droit sur moi. je me lève et le regarde.   « d'habitude, c'est Kristina qui s'occupe de moi.  » dis-je. c'est la première fois que j'ai le droit à lui. j'ai pris l'habitude d'être avec la même personne. un peu de changement, ça ne peut pas faire de mal.
 


© Modèle par BLACKHEART™ ❄ Images de TUMBLR (crédits).  

_________________
Je veux être ton dernier amour, les dernières lèvres que tu effleures, le dernier parfum que tu respires, la dernière peau que tu caresses. Je veux être les derniers mots que tu entends, les derniers bras dans lesquels tu te blottie, la dernière personne que tu regardes avec une telle intensité. Je veux être ton dernier rire, tes derniers pleurs, tes derniers cris. Je veux juste être ton dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
bienvenue à sunset dream